Technology and Textile Mill Architecture in Canada

A. B. McCullough

Abstract


Textile mills evolved as a distinct architectural type in the late eighteenth and early nineteenth centuries. To a large extent their long, narrow, high form was determined by the needs to distribute power by mechanical means from a central source and to provide good lighting for spinning and weaving.

Mills were susceptible to fire. To reduce the risk of fire British mill engineers developed the fireproof mill design in which flammable materials were replaced with cast iron and brick wherever possible. American engineers developed the slow-burning mill design in which heavy-timber construction, isolation of potential fires and efficient fire-fighting systems were designed to slow the spread of fire and allow effective fire fighting. When Canada's textile industry began to expand in the 1870s it adopted the slow-burning method of construction.

By the early twentieth century changes in power transmission systems and lighting systems had made the old mill form obsolete. New building materials had made both slow-burning and fireproof mill construction obsolete. However, economic conditions limited new building programs and many of the old mills remained in use until the second half of the twentieth century.

Résumé

Les filatures ont donné naissance à un type d'architecture distinct à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle. La forme de ces hauts bâtiments étroits et longs était déterminée par la nécessité d'y distribuer la force motrice par des moyens mécaniques à partir d'une source centrale et d'assurer un bon éclairage pour le filage et le tissage.

Les risques d'incendie qui menaçaient constamment les filatures britanniques ame-nèrent les ingénieurs chargés d'en concevoir les plans à développer un modèle de filature à l'épreuve du feu, en remplaçant les matériaux inflammables par de la fonte et de la brique partout où cela était possible. Dans le même esprit, les ingénieurs américains mirent au point un modèle de filature aux matériaux peu combustibles à propos duquel l'ossature en gros madriers, l'isolation des sources possibles d'incendies et des systèmes efficaces pour les combattre concouraient à ralentir la propagation du feu et à faciliter le travail des pompiers. Quand l'industrie textile prit son essor au Canada dans les années 1870, on adopta la méthode des matériaux peu combustibles pour la construction des filatures.

Au début du XXe siècle, avec l'évolution des systèmes d'éclairage et de transmission de l'énergie, l'ancienne architecture des filatures n'avait plus sa raison d'être. L'utilisation de nouveaux matériaux de construction rendait le modèle de filature à l'épreuve du feu et le modèle aux matériaux peu combustibles complètement dépassés. Mais la situation économique ne se prêtait guère à l'érection de nouveaux bâtiments et beaucoup des an-ciennes filatures sont restées en service jusqu 'à la seconde moitié du XXe siècle.

Full Text:

HTML PDF