A Heritage Lost: The Church of the Assumption of the Blessed Virgin Mary, Portage la Prairie, Manitoba, 1927-1983

Stella Hryniuk

Abstract


This paper describes the circumstances surrounding the construction, lifetime and demolition of an unusual Manitoba Ukrainian Catholic church. Using parish records, newspapers and oral history resources, the author traces the steps taken by the Ukrainian Catholic pioneer community of Portage la Prairie in the 1920s to create and sustain a large frame church. The parishioners of the Church of the Assumption built an impressive Byzantine "prairie cathedral" under the supervision of the Reverend Phillip Ruh, relying on volunteer labour and resources. These factors and their limited means led to the construction of an edifice that ivas beautiful but structurally flawed. Deterioration of the shell occurred over the years, exacerbated by insufficient maintenance. In the 1970s the decision was made to build a new church. The city's demand for off-street parking, the Manitoba government's lack of an appropriate heritage-preservation policy, and the parish's and community's failure to appreciate the church's value as a historic monument all contributed to the destruction of a landmark.

Résumé

Cet article décrit les circonstances entourant la construction, la fréquentation et la démolition d'une église catholique ukrainienne tout à fait particulière au Manitoba. Grâce aux registres de la paroisse, aux journaux et à la tradition orale, l'auteur retrace les efforts d'une collectivité de pionniers ukrainiens catholiques pour ériger et conserver une grande église à ossature de bois à Portage la Prairie, dans les années 1920. Sous la direction du révérend Phillip Ruh, les paroissiens de l'église de l'Assomption ont fourni gracieusement temps et matériaux pour bâtir une véritable «cathédrale des Prairies» de style byzantin.

Compte tenu de ces facteurs et des moyens limités dont ils disposaient, les paroissiens ont construit un bâtiment splendide, mais dont la structure était compromise par des vices de construction. L'enveloppe s'est détériorée au fil des ans, d'autant plus que l'entretien a été négligé. Dans les années 1970, il a été décidé de construire une nouvelle église. Étant donné que la municipalité exigeait un stationnement, que le gouvernement n'avait pas institué de politique adéquate pour préserver le patrimoine et que la paroisse et la communauté n'ont pas su reconnaître la valeur historique de l'église, un véritable monument a été détruit.

Full Text:

HTML PDF