The Joggins Fossil Cliffs UNESCO World Heritage site: a review of recent research

Melissa Grey, Zoe V Finkel

Abstract


The Joggins Fossil Cliffs UNESCO World Heritage Site is a Carboniferous coastal section along the shores of the Cumberland Basin, an extension of Chignecto Bay, itself an arm of the Bay of Fundy, with excellent preservation of biota preserved in their environmental context. The Cliffs provide insight into the Late Carboniferous (Pennsylvanian) world, the most important interval in Earth’s past for the formation of coal. The site has had a long history of scientific research and, while there have been well over 100 publications in over 150 years of research at the Cliffs, discoveries continue and critical questions remain. Recent research (post-1950) falls under one of three categories: general geology; paleobiology; paleoecology. It provides a context for future work at the site. While recent research has made large strides in our understanding of the Late Carboniferous, many questions remain to be studied and resolved, and interest in addressing these issues is clearly not waning. Within the World Heritage Site, we suggest that the uppermost formations (Springhill Mines and Ragged Reef), paleosols, floral and trace fossil taxonomy, and microevolutionary patterns are among the most promising areas for future study.

RÉSUMÉ

Le site du patrimoine mondial de l’UNESCO des falaises fossilifères de Joggins est situé sur une partie du littoral qui date du Carbonifère, sur les rives du bassin de Cumberland, qui est une prolongation de la baie de Chignecto, elle-même un bras de la baie de Fundy. L’endroit offre un excellent milieu de préservation de la faune et de la flore dans leur environnement. Les falaises donnent un aperçu du monde du Carbonifère tardif (Pennsylvanien), soit la période de l’histoire de la terre la plus importante pour la formation du charbon. Ces falaises ont fait depuis longtemps l’objet de travaux de recherche scientifique et plus de 100 publications y ont été consacrées au cours de 150 années de recherche. L’endroit suscite encore des découvertes et il soulève toujours des questions essentielles. Les travaux de recherche récents (depuis les années 1950) se répartissent en trois catégories: géologie générale; paléobiologie; et reconstitution des paléomilieux, en plus d’offrir des avenues pour les futurs travaux qui devraient s’y dérouler. Même si la recherche récente a largement contribué à une meilleure compréhension du Carbonifère tardif, de nombreuses questions demeurent sans réponse et commandent qu’on les étudie et les résolve et il est manifeste que l’intérêt pour ces questions est bien loin de s’amenuiser. Sur ce site du patrimoine mondial, nous soutenons que les futurs sujets d’étude les plus prometteurs seraient les formations supérieures (Springhill Mines et Ragged Reef), les paléosols, la taxonomie florale et des ichnofossiles, ainsi que les paramètres de microévolution.

[Traduit par la redaction]

Keywords


Carboniferous; Geology; Paleontology; Review; World Heritage Site;

Full Text:

HTML PDF


DOI: https://doi.org/10.4138/atlgeol.2011.009