Skip to main navigation menu Skip to main content Skip to site footer

Articles

Vol 34 No 3 (1998)

A review of ice and tide observations in the Bay of Fundy

DOI
https://doi.org/10.4138/2050
Submitted
November 8, 2006
Published
October 1, 1998

Abstract

Vigorous quasi-equilibrium conditions characterize interactions between land and sea in macrotidal regions. Ephemeral on the scale of geologic time, estuaries around the Bay of Fundy progressively infill with sediments as eustatic sea level rises, forcing fringing salt marshes to form and reform at successively higher levels. Although closely linked to a regime of tides with large amplitude and strong tidal currents, salt marshes near the Bay of Fundy rarely experience overflow. Built up to a level about 1.2 m lower than the highest astronomical tide, only very large tides are able to cover the marshes with a significant depth of water. Peak tides arrive in sets at periods of 7 months, 4.53 years and 18.03 years. Consequently, for months on end, no tidal flooding of the marshes occurs. Most salt marshes are raised to the level of the average tide of the 18-year cycle. The number of tides that can exceed a certain elevation in any given year depends on whether the three main tide-generating factors peak at the same time. Marigrams constructed for the Shubenacadie and Cornwallis river estuaries, Nova Scotia, illustrate how the estuarine tidal wave is reshaped over its course, to form bores, and varies in its sediment-carrying and erosional capacity as a result of changing water-surface gradients. Changing seasons bring about dramatic changes in the character of the estuaries, especially so as ice conditions develop during the second half of the 206-day (7-month) cycle when the difference in height between neap tide and spring tide is increasing, the optimal time for overflow in any season. Maximum ice hazard, including build-up of "ice walls" in Fundy estuaries, occurs one or two months before perigean and spring tides combine to form the largest tide of the cycle. Although "ice walls" and associated phenomena pose hazards for man-made constructions, important natural purposes are served which need to be considered in coastal development and management schemes. RÉSUMÉ Les interactions entre la terre et la mer dans les régions macrotidales sont caractérisées par de vigoureuses conditions de quasi-équilibre. Les estuaires, éphémères à1'échelle stratigraphique, de la région de la baie de Fundy se sont progressivement remplis de seédiments au fur et à mesure que s'est élélvé le niveau eustatique de la mer, for;ant la formation et la reformation de marais salés en bordure à des niveaux successivement plus élevés. Mäme si les marais sales voisins de la baie de Fundy sont intimement relies a un regime de marées de grande amplitude et a des courants de marée puissants, ils débordent rarement. Crées à un niveau d'environ 1,2 m au-dessous de la marée astronomique la plus élevée, seules les marées très importantes peuvent recouvrir les marais d'une nappe d'eau de profondeur substantielle. Les marées de pointe surviennent regroupées 4 des interval les de sept mois, 4,53 ans et 18,03 ans. Par consequent, aucune inondation des marais ne se produit pendant plusieurs mois de suite. La majorité des marais sales se sont élevés au niveau des marées moyennes du cycle de 18 ans. Le nombre de marées pouvant dépasser une certaine altitude au cours d'une année donnée depend de la simultaneity de manifestation des trois principaux facteurs de production des marées. Les marégrammes constants dans les estuaires des rivières Shubenacadie et Cornwallis, en Nouvelle-Écosse, illustrent de quelle façon les flots de marée estuariens sont remodelés tout au long de lew parcours pour former des mascarets et dans quelle mesure varie lew capacite d'érosion et de transport de sédiments par suite de la modification de la declivite en surface des eaux. Les changements de saisons modifient de façon spectaculaire le caractère des estuaires, plus particulièrement lors de 1'apparition d'une concentration de glaces au cours de la deuxième moitie du cycle de 206 jours (sept mois) lorsque la différence de hauteur entre la marée de morte-eau et la marée de vive-eau augmente, c.- à-d. la période qui représente le moment le plus propice à un débordement en n'importe quelle saison. Les pirs dangers posés par les glaces, notamment la formation des " murs de glace " dans les estuaires de Fundy, surviennent un ou deux mois avant que les maréees de périgée et de vive-eau se combinent pour former la marée la plus importanté du cycle. Meme si les " murs de glace " et les phénomènes connexes posent des dangers aux ouvrages construits, ces marées jouent un rdle naturel primordial dont il faut tenir compte dans les plans d'aménagement et de développement côtiers. Traduit par la rédaction