Raising the Dead: The Use of Osteo-Archaeology to Establish Identity at the Little Dutch Church, Halifax, Nova Scotia

Paul B. Williams

Abstract


This paper looks at the role that the discovery of unknown human skeletal remains and their analysis plays in modern notions of identity and connection to place. This theme is prominent in a study of a mid-eighteenth-century mass grave discovered under the Little Dutch Church, Halifax. The church, built in 1756, is the oldest associated with German immigration and Lutheranism in Canada. In 1999, its role in the chronicle of German settlement was recognized in its commemoration as a National Historic Site. Recent state-driven heritage policies have employed sites such as the little Dutch Church to highlight the role of ethno-cultural communities in nation building and to qualify past "Anglo-French " national meta-narratives. However, such commemorations fail to acknowledge the numerous voices and corresponding silences that resonate in all sites. Multiple layers of meaning are often present, as is evident in an analysis of the occupants of the mass grave. This analysis has raised the potential for additional claims—notably Black and aboriginal North American — to the site's heritage.

Résumé

Cet article traite du rôle que la découverte de restes humains inconnus et leur analyse jouent dans les concepts modernes d'identité et d'appartenance à un lieu. Il s'agit d'un thème majeur de l'étude d'une fosse commune du milieu du XVIIIe siècle découverte sous la petite église hollandaise de Halifax. Construite en 1756, cette église est la plus ancienne à être associée à l'immigration allemande et au luthéranisme au Canada. En 1999, son rôle dans l'histoire de la colonie allemande a été reconnu par une cérémonie marquant son élévation au rang de site historique national. De récentes politiques gouvernementales en matière de patrimoine permettent d'utiliser des sites comme celui de la petite église hollandaise pour souligner le rôle des minorités ethnoculturelles dans la formation du peuple canadien et pour tempérer les vieux métarécits nationaux « anglo-français ». Mais de telles commémorations ne parviennent pas à témoigner des nombreuses voix et des silences correspondants qui résonnent dans tous les sites. Pusieurs strates de signification se superposent souvent, comme c'est le cas dans une analyse des occupants de la fosse commune. Cette analyse soulève la possibilité d'autres revendications patrimoniales de ce site, notamment de la part: des Noirs et des Autochtones de l'Amérique du Nord.

Full Text:

HTML PDF