Les systèmes de classification et l'informatisation des collections: enjeux et déroutes

Yves Bergeron

Abstract


The introduction of computers into the muse-ological milieu has created a great upheaval in collections management. To an ever increasing extent, the free exchange of information in national data bases as well as the appearance of digital photography of works and objects allows users virtual access to collections and storage areas in museums. Computerization ensures an ever increasing control and follow-up of the location of works and objects in a museum.

In this ideal world of computerization, how can users find their way around? For the moment, the primary difficulty is that large computer data bases are not user friendly. A thornier issue is the problem of data standard-ization at a point when, in an ideal world, all museums should adopt the same language and the same rules. It is in this spirit that several museums adopted the nomenclature system developed by Robert G. Chenhallin 1978. In this article, the author retraces the steps that led several museums to adopt the Chenhall system and identifies the pitfalls owing to the failure to understand the hierarchial system used to classify this data.

Résumé

L'entrée de l'informatique dans le milieu muséologique a entraîné un bouleversement de la gestion des collections. La libre circulation de l'information dans les bases de données informatiques nationales ainsi que l'apparition de la photographie numérique des œuvres et des objets permettent un accès de plus en plus grand de même qu'un accès virtuel aux collections et aux réserves des musées. Sur le plan matériel, l'informatisation assure de plus en plus le contrôle et le suivi des mouvements des œuvres et objets des musées.

Dans ce monde idéal de l'informatisation, comment les utilisateurs s'y retrouvent-ils? Pour l'instant, la première difficulté qu'ils rencontrent consiste en la non-convivialité des grandes bases de données informatiques. Plus épineux encore s'avère le problème de la normalisation des données au moment où, dans un monde idéal, tous les musées devraient adopter le même langage et les mêmes règles. C'est dans cet esprit que plusieurs musées ont adopté le système de nomenclature développé par Robert G. Chenhall en 1978. Dans cet article, l'auteur retrace le cheminement qui a conduit plusieurs musées à adopter le système de Chenhall et relève les pièges qu'entraîne l'incompréhension thématique de ce système hiérarchisé de l'information.

Full Text:

HTML PDF