Le feutre au Québec : fabrication domestique des bas et des semelles

Monique Dumas

Abstract


Despite a generally active interest in textile-making in Quebec, scholars have not paid much attention to the domestic manufacture of felt. Yet evidence suggests that felt garments of various kinds were significant features of material life in the self-sufficient economies of parts of rural Quebec. Various traditions of manufacture existed, and two of them, those found in the Témiscouata and Lotbinière regions, are examined in this article. Both represent techniques which were followed from the end of the nineteenth century to about 1940. Material documenting these traditions was collected in interviews with people aged thirty-five to eighty-six years. While domestically-produced felt clothing was durable and warm, its association with a difficult lifestyle resulted in its neglect as a feature of traditional culture.


Résumé

Malgré un vif intérêt pour la fabrication des textiles au Québec en général, les chercheurs n'ont pas accordé beaucoup d'attention à la production domestique du feutre. Il est cependant attesté que des vêtements de feutre de divers types étaient des éléments importants de la vie matérielle, dans l'économie d'autosuffisance d'une partie du Québec rural. Leurfabrication suivait diverses traditions, dont deux - celles des régions de Témiscouata et de Lotbinière -font l'objet de cet article. Ces deux traditions illustrent des techniques suivies de la fin du XIXe siècle à 1940 environ. Les données qui les documentent ont été recueillies lors d'entretiens avec des personnes de 35 à 86 ans. Même si les vêtements de feutre produits au Canada étaient solides et chauds, on a négligé de s'y intéresser comme éléments de la culture traditionnelle, car ils étaient liés à un mode de vie rude et difficile.

Full Text:

HTML PDF