Introducing the CEFR in BC: Questions and Challenges

Meike Wernicke, Monique Bournot-Trites

Abstract


In 2010, the British Columbia Ministry of Education introduced an updated version of its international languages curricula titled Additional Languages (AL) draft curriculum which set out a clear articulation of the province's language education as conceived and developed over the past 15 years. The strength of the draft curriculum lies in its emphasis on plurilingualism as a guiding pedagogical principle, a response to recent recommendations of the Council of Ministers of Canada to adopt the Common European Framework of Reference for Languages (CEFR) in a Canadian context. The CEFR framing has been retained in the latest revision of the AL draft curriculum, the 2011 French curriculum, which has recently replaced the original 2010 draft document. Despite this latest revision, the original AL draft curriculum maintains historical relevance for language education in BC by highlighting the province’s linguistic diversity and the choice to value more than one language in different ways. In its original conception, the AL draft curriculum operationalized the recognition of linguistic plurality within an officially bilingual context and thus represented a concrete attempt to acknowledge the very dynamic language practices of British Columbians. In this paper we examine how the draft curriculum sought to negotiate historical, political, cultural, and linguistic questions with regard to language education in BC, by first considering the historical development of BC language education within the context of official bilingualism, followed by a thematic discourse analysis of the document text to highlight the clearest yet also most challenging articulation of plurilingual language education in BC to date.

 

Résumé

En 2010, le ministère de l’Éducation de Colombie-Britannique a introduit une version révisée de ses programmes de langues internationales, sous la forme d'un projet de curriculum pour les langues additionnelles qui définissait une articulation claire de l'éducation linguistique de la province telle que conçue et développée au cours des 15 dernières années. La force du projet de curriculum se trouvait dans l'accent mis sur le plurilinguisme comme principe directeur pédagogique, une réponse aux recommandations récentes du Conseil des ministres du Canada à adopter le Cadre européen commun de référence pour les langues dans un contexte canadien. Ce projet de curriculum a été révisé  pour devenir le curriculum de français maintenant cependant le CECR en reste la base théorique. De plus, le projet de curriculum  demeure pertinent d’un point de vue historique pour l'enseignement des langues en Colombie-Britannique en ce qu'il a mis en évidence la diversité linguistique de la province et le choix de valoriser plusieurs langues de différentes façons. Il opérationnalisait ainsi la reconnaissance de la pluralité linguistique dans un contexte officiellement bilingue et représentait une tentative concrète de reconnaître les pratiques langagières très dynamiques de la Colombie-Britannique. Dans cet article, nous examinons le projet de curriculum comme un moyen potentiel de négocier les questions historiques, politiques, culturelles et linguistiques à l'égard de l'enseignement des langues en Colombie-Britannique. Ainsi, nous considérons d’abord le développement historique de l'enseignement des langues en Colombie-Britannique dans le cadre du bilinguisme officiel, puis nous nous livrons à une analyse du discours thématique du document pour mettre en évidence l’articulation claire d’une éducation linguistique plurilingue en Colombie-Britannique, bien que celle-ci présente des défis.

 


Keywords


second language education; language education policy, official bilingualism

Refbacks

  • There are currently no refbacks.


Print ISSN: 1481-868X
Online ISSN: 1920-1818