Africville and the Dynamics of State Power in Postwar Canada

Tina Loo

Abstract


This article examines the program of urban renewal undertaken by the City of Halifax in the mid-1960s that resulted in the destruction of the African Canadian neighbourhood of Africville. Focusing on how the relocation was carried out gives us a very different view of the workings of the postwar state – specifically, of the contingencies of power and the complexities of its exercise. Africville is important not just as an example of racism, but for what it reveals about the dynamics of state power and the meanings of the good life embedded in the welfare state.

Résumé

Cet article examine le programme de rénovation urbaine mis en œuvre par la Ville de Halifax au milieu des années 1960, qui a conduit à la destruction du quartier d’Africville, habité par des Afro Canadiens. En mettant l’accent sur la façon dont ses habitants ont été relocalisés, cet article nous donne un aperçu très différent du fonctionnement de l’État dans l’après-guerre, plus précisément des contingences du pouvoir et de la complexité de son exercice. Le cas d’Africville est important non seulement comme exemple de racisme, mais aussi pour ce qu’il révèle au sujet de la dynamique du pouvoir de l’État et de ce que signifie la qualité de vie coulée dans le moule de l’État providence.

Full Text:

HTML PDF


Acadiensis. ISSN: 00445851