Skip to main navigation menu Skip to main content Skip to site footer

Articles

Volume 22 Number 2 / Fall 2001

The Drama of Survival: Staging Post-traumatic Memory in Plays by Lebanese-Québécois Dramatists

Submitted
May 13, 2008
Published
June 1, 2001

Abstract

Quebec theatre has frequently been a site for dramatizing trauma–whether we mean the collective historical trauma of the Conquest or the more personal traumas related to dysfunctional families or violent acts. In a group of recent plays by Lebanese immigrant playwrights we see a different kind of trauma being staged–the overwhelming historical trauma of the Lebanese civil war as performed in plays by Abla Farhoud, Bernard Antoun, and Wajdi Mouawad. This different kind of "théâtre engagé" bears witness to the national tragedy of Lebanon, works through the trauma it caused, and offers hope to the survivors. Instead of inspiring dread, fear, horror, and pity leading to catharsis, these plays re-enact violence, memorialize the victims, and perform mourning work in order to renew our shattered faith in humanity. Le théâtre québécois a souvent été un site pour la mise en scène des événements traumatisants-qu'on parle du traumatisme collectif et historique de la Conquête ou des traumatismes intimes liés aux familles dysfonctionnelles ou aux actes violents. Dans des pièces récentes écrites par des dramaturges d'origine libanaise on voit une différente sorte de traumatisme mise en scène-la catastrophe historique de la guerre civile du Liban comme elle est représentée dans les pièces d'Abla Farhoud, Bernard Antoun, et Wajdi Mouawad. Ce "théâtre engagé" différent témoigne de la tragédie nationale pour assumer le choc qu'elle a causé et donner de l'espoir aux rescapés. Au lieu d'inspirer l'épouvante, la peur, et l'horreur qui mènent au catharsis, ces pièces recréent la violence, mémorialisent les victimes, et accomplissent le travail du deuil afin de renouveler notre foi perdue dans l'humanité.