Stratégies de réappropriation dans les littératures des Premières nations

Authors

  • Sarah Henzi Université de Montréal

Abstract

L’acte de prendre est dérogatoire. Il déforme le plus souvent la signification ou l’usage initial de ce qui est approprié – à savoir, ce qui lie l’individu, ou la communauté, à un sentiment d’identité et d’appartenance à sa culture, à travers le langage par exemple. Les stratégies d’intervention que l'on retrouve dans les littératures des Premières nations, inhérentes aux jeux de langage (quel qu’il soit, l’anglais, le français, le cri, l’innu, etc.) et aux performativités respectives, font usage d’un langage conçu en termes de trouée: le langage, en tant que trouée, devient un point de rencontre, un carrefour à partir duquel le dialogue peut être entrepris, au-delà des divisions linguistiques. J’entends donc par la « réappropriation du langage » une stratégie décisive contre la complicité et la coercition, ainsi qu’un outil visant à une decolonization transformative.


Downloads

Published

2010-06-01

How to Cite

Henzi, S. (2010). Stratégies de réappropriation dans les littératures des Premières nations. Studies in Canadian Literature, 35(2). Retrieved from https://journals.lib.unb.ca/index.php/SCL/article/view/18323

Issue

Section

Articles