Volume 4, Number 3 (1977)
GAC Presidential Address

Presidential Address Sedimentology: A Tool for Mapping "Mill-Rock"

Jean Lajoie
Département de Géologie Université de Montréal Montréal, P.Q.
Published August 8, 1977
How to Cite
Lajoie, J. (1977). Presidential Address Sedimentology: A Tool for Mapping "Mill-Rock". Geoscience Canada, 4(3). Retrieved from https://journals.lib.unb.ca/index.php/GC/article/view/3023

Abstract

Mill-rock is a distinctive lithology composed of coarse volcaniclastics, observed close to many massive sulphide deposits of volcanogenic origin The general consensus of opinion is that strata-bound base-metal sulphide deposits, associated with subaqueous volcanics, are located close to eruptive centres or vents. Volcaniclastics may be important guides to eruptive centres. The aim of the presentation is to review briefly what has been done, and to summarize the principles and techniques which we have used in mapping volcaniclastics. Grain size and bed thickness are the two properties most often used to establish vertical and lateral variations within the pile. These properties are generally compared within a single event or series of events such that the first mapping problem is one of correlation. The principles are not different from those used in sedimentary rocks. Authors working with grain size have used median, mean, and a representative of the coarsest fragments. In our work we have found that the coarsest grain size gave better results. It is a more reliable measurement of flow conditions and is easier to measure The hydrodynarnic behavior of pyroclastics should not be different from that of other mass-flow sediments, and by analogy, primary structure sequences, commonly present in volcaniclastics, may be used for paleogeographic reconstruction. Our work in the Noranda region shows that these sequences are a powerful tool, but that bed thickness is not a reliable paleogeographic indicator. Résumé "Mill-rock" est composé de matériaux volcaniclastiques grossiers, associés à plusieurs gisements de sulfures massifs d'origine volcanique. Le consensus général étant que ces gisements sont localisés près des cheminées volcaniques, les volcaniclastiques peuvent être un outil important pour les localiser. Nous nous proposons de résumer brièvement le type de travail effectué par le passé sur les volcaniclastiques, ainsi que les principes et les techniques que nous avons utilisés pour les cartographier. La granulometrie et l'épaisseur des strates sont généralement les deux propriétés utilisées pour déduire les variations latérales et verticales de l'empilement. On compare le plus souvent ces propriétés à l'intérieur d'un ou d'une série d'événements de sorte que le premier problème de cartographie en est un de corrélation. Les principes pouvant conduire à une solution ne sont pas différents de ceux utilisés dans les séquences sédimentaires. Pour quantifier la granulométrie, les chercheurs ont utilisé le médian, la moyenne, ou la plus grande taille. Nos travaux nous permettent d'affirmer que la quantification de la plus grande taille donne le meilleur résultat. En plus d'être plus facile à mesurer, c'est une valeur plus juste des conditions de l'écoulement. Le comportement hydrodynamique dos pyroelastiques devrait être similaire à celui des autres coulées de masse et par analogie les séquences de structures syngénétiques qui sont souvent observées dans les volcaniclastites, peuvent être utilisées pour la reconstruction paléoyéographique. Dans la région de Noranda les mesures sur les épaisseurs des strates n'ont pas donné les résultats escomptes, mais les séquences de structures primaires nous ont permis de trouver une position relative de la cheminée.