Volume 35, Number 1 (2008)
Issues in Canadian Geoscience

Canada-wide Survey of Canadian Scientiests: A Preliminary Report on the State of the Discipline, the Fossil Fuel Industries and Environmental Science

Charlene E. Miall
Department of Sociology McMaster University Hamilton, ON, Canada, L8S 4M4
Andrew D. Miall
Department of Geology University of Toronto Toronto, ON, Canada, M5S 3B1
Published March 1, 2008
How to Cite
Miall, C. E., & Miall, A. D. (2008). Canada-wide Survey of Canadian Scientiests: A Preliminary Report on the State of the Discipline, the Fossil Fuel Industries and Environmental Science. Geoscience Canada, 35(1). Retrieved from https://journals.lib.unb.ca/index.php/GC/article/view/11075

Abstract

A survey of Canadian earth scientists has yielded important information concerning their attitudes in four key areas relevant to the future of geoscience in Canada. First, most respondents agree that traditional geology departments in Canada are shifting their primary focus from the science of exploration and extraction of resources to environmental science and environmental remediation. Second, a majority believe that fossil fuel industries are perceived by the general public as contributors to global warming. Notably, most respondents also support the implementation of programs to mitigate the effects of these emissions. Third, in terms of the relevance of earth science to the study of climate change, although a majority responded that climate change, over the last few decades, has been driven by a combination of natural and anthropogenic processes, most also agreed that explanations for this climate change have not adequately taken paleoclimate data into consideration. Finally, in terms of the role of science and advocacy in informing public policy, a significant majority of respondents felt that public understandings and media representations of climate change are not based on good scientific knowledge and that politicians are more influenced by public opinion than science. Most respondents felt that earth scientists need to become more active in speaking out about social problems and their solutions. An agenda for change should include the development of public position statements on issues of national importance, and a public education campaign about the work of the geoscience community. SOMMAIRE Une enquête d'opinion menée auprès des géoscientifiques canadiens a mis au jour des informations significatives sur leurs attitudes quant à l'avenir des géosciences au Canada. Premièrement, la plupart des répondants se sont dit d'avis que les centres d'intérêts des départements de géologie au Canada changeaient des sciences de l'exploration et de l'extraction des ressources vers les sciences de l'environnement et les sciences de restauration de l'environnement. Deuxièmement, une majorité ont dit croire que les industries des énergies fossiles sont perçues par le public en général, comme facteurs du réchauffement planétaire. On notera aussi, que la plupart ont dit soutenir la mise en œuvre de programmes d'atténuation des effets des émissions dont elles sont responsables. Troisièmement, quant à l'intérêt des géosciences dans l'étude des changements climatiques, bien qu'une majorité se soit montrés d'accord, que les changements climatiques des dernières décennies aient été causés par une combinaison de processus naturels et anthropogéniques, la plupart ont considérés que les explications n'avaient pas suffisamment tenu compte des données paléoclimatiques. Finalement, en ce qui à trait à la science et à son devoir d'information et de soutien des politiques publiques, une importante majorité des répondants ont estimé qu'en matière de changements climatiques, la compréhension du public et la représentation qu'en donne les médias ne reposent pas sur des connaissances scientifiques de qualité, et que les politiciens sont davantage influencés par l'opinion publique que par la science. La plupart des répondants ont estimé que les géoscientifiques devaient s'investir davantage dans les débats et faire entendre leur voix sur les problèmes sociaux et leurs solutions. Toute initiative de changement doit comprendre un volet d'élaboration de prise de position publique sur les questions d'intérêt nationale, ainsi qu'une campagne d'éducation du public sur le travail de la communauté géoscientifique.