Revitalisation des Langues Minoritaires par les Médias: Étude de Quelques Stratégies de Promotion des Langues Autochtones au Canada*

Alain Flaubert Takam

Abstract


Les médias contribuent de façon décisive à la revitalisation des langues dans le monde. La radio et la télévision promeuvent la langue parlée, les journaux la langue écrite et l’internet les deux. Ces médias peuvent en effet aider à la standardisation des langues minoritaires ainsi qu’au changement de la perception et des attitudes linguistiques et culturelles par rapport à ces langues. À ce propos, Albó a pu écrire: « Present in the landscape and in the intimacy of every home, [the media] shape values, attitudes and even identities, like a fine rain that eventually penetrates the being’s every pore » (cité par Martí et al. 2005 : 181). Au Canada plus particulièrement, les médias autochtones, surtout la presse écrite, existent depuis la fin du 19e siècle. À la fin des années 1980, le pays compte déjà « 17 entreprises autochtones de communications engagées dans la radio, la télévision et la presse écrite et visant à offrir aux autochtones le reflet de leurs expériences de vie, domaine négligé par les grands médias » (Raudsepp, 2014). Ces entreprises contribuent, tant bien que mal, à la visibilité des langues autochtones et des cultures dont elles sont les supports, accroissant ainsi leur vitalité. L’objectif de cet article, qui s’inscrit dans le cadre théorique de l’aménagement linguistique, notamment l’aménagement de l’acquisition et du statut tel que le comprennent Cooper (1989) et Tollefson (1991), est donc d’examiner succinctement et de façon critique la revitalisation des langues minoritaires par la radio, la télévision, la presse écrite et le multimédia.

Full Text:

PDF

Refbacks

  • There are currently no refbacks.