Front Matter - Éditorial

Front Matter

Éditorial

Élise Dubuc
Laval University

Regards sur les vêtements : corps et matière

1 Depuis une trentaine d'années, l'étude du vêtement a été complètement rénovée. À l'invitation des anthropologues, la réunion de nombreux chercheurs d'horizons universitaires les plus variés a donné naissance à un nouvel objet théorique1. Le vêtement est considéré aujourd'hui comme un « fait social total ». On lui reconnaît une incidence dans les sphères économique, technologique, historique, sociale, politique et symbolique. Le vêtement constitue ainsi un domaine d'étude éminemment complexe appelant un renouvellement constant des efforts associés à l'interdisciplinarité. C'est dans cet esprit que la Revue d'histoire de la culture matérielle a décidé de lui consacrer un numéro spécial.

2 Parmi les avancées importantes des dernières décennies, l'analyse stucturale et la sémiologie ont permis de comprendre le vêtement en tant que système de communication2. On est toutefois revenu d'une analogie trop étroite entre le système du langage et celui du vêtement3. La tendance actuelle est de considérer plus avant la relation particulière du vêtement avec le corps. Encouragée par le développement des études féministes, des études sur la consommation et des études culturelles (cultural studies), cette approche qui ouvre de nouveaux horizons exige de nouveaux outils conceptuels, encore à développer4. Après avoir appréhendé le vêtement comme une pure vue de l'esprit, ainsi qu'on peut qualifier le langage, nous nous apprêtons aujourd'hui à l'analyser en tant que pratique. Afin d'éviter les excès antérieurs, lier trop précisément l'objet de l'étude à une perspective d'approche, il nous faut relever le défi du questionnement renouvelé et tenter de comprendre la double originalité du support vestimentaire : le corps et la matière.

3 Compte tenu d'horizons si vastes, il est évident que le rassemblement de quelques articles ne peut englober l'ensemble des composantes du domaine vestimentaire. Les collaboratrices et collaborateurs de ce numéro ont tous individuellement retenu une perspective différente. Leurs textes ont en partage l'étude en contexte d'un aspect précis du vêtement, dont l'analyse attentive force souvent à repenser le cadre de réflexion en faisant ressortir la multiplicité des enjeux.

4 Qu'il soit drapé, façonné ou coupé et cousu, le vêtement est un produit technologique particulièrement complexe. Les matériaux qui le composent (textiles, cuirs ou autres) sont eux-mêmes le produit d'une deuxième ou d'une troisième transformation. La chaîne de production s'enfonce donc en diverses ramifications profondément au cœur des sociétés. Les trois premiers articles prennent appui sur les réalités matérielles et techniques du vêtement. Les études d'Hélène Paré et de Douglas Nakashima ainsi que la mienne font ressortir l'importance des représentations symboliques dans le processus.

5 Les deux autres articles traitent de l'enjeu de l'habillement en situation postcoloniale. L'ensemble des stratégies, différentes dans chacun des contextes coloniaux, devient avec le temps un enchevêtrement complexe. Dans un croisement d'intérêts et d'interactions mutuelles, le vêtement sert au conquérant à imposer son ordre social, tantôt par l'imposition de son propre système, tantôt, à l'inverse, par sa proscription et par le développement d'un ordre vestimentaire sectaire isolant les groupes les uns des autres. De même, le vêtement offre à la société colonisée des statégies émancipatoires qui favorisent l'émergence de nouveaux codes d'habillement. Par sa visibilité, le vêtement sert aussi l'expression identitaire des groupes. Il manifeste la capacité de résistance, d'adaptation et de contestation. Les articles de Mélissa Gauthier et d'Elizabeth Lominska Johnson montrent combien la dimension historique laisse son empreinte dans la matière et dans les pratiques, même une fois que les corps en ont été séparés.

6 Dans une perspective propre à l'histoire économique, Hélène Paré se penche sur la confection d'un élément de l'habillement masculin, le chapeau de castor. Comme le chapeau a perdu de son rôle social chez l'homme aujourd'hui, il est difficile de comprendre la somme des énergies qui ont été consacrées à sa fabrication. Ce sujet, qui relève de l'histoire des techniques, est pourtant doublement symbolique poux le Canada. Exercé aux dépens des peuples autochtones, le commerce de la fourrure de castor a été un facteur important dans l'établissement des empires coloniaux européens en Amérique du Nord et a servi la relation de dépendance économique dans laquelle les métropoles ont tenté de maintenir leurs colonies aux XVIe et XVIIe siècles. Se fondant sur des documents d'archives inédits, Hélène Paré nous dévoile une période moins connue de l'histoire, au début du XIXe siècle, au moment où une manufacture de chapeaux se développait à Montréal. Elle s'est astreinte à un énorme travail de décryptage, une analyse minutieuse et une contextualisation des données. Son article traite de façon imagée du métier de chapelier et fait comprendre l'ensemble interrelié que formaient l'organisation du travail, la main-d'œuvre, l'outillage, la rémunération et les relations de travail avant l'ère de la vapeur, quand la dextérité était encore de première importance.

7 Sur le même terrain des techniques, Douglas Nakashima propose une approche résolument anthropologique. Les vêtements en peaux d'eider commun que l'on retrouve à Sanikiluak (sur les îles Belcher), au Nunavut, forment l'objet de son étude. Mais son sujet principal demeure l'analyse des connaissances des Inuits et la fabrication de leurs vêtements, dans laquelle s'entremêlent savoir et savoir-faire. L'observation et la description de l'acte technique, qui nous sont présentées selon les préceptes de la technologie culturelle développés par André Leroi-Gourhan, se fondent sur le postulat de base qu'il existe des rapports entre les phénomènes technoéconomiques et les manifestations socioculturelles. Au passage, l'article met en lumière le haut niveau des connaissances et des compétences développées par les femmes inuites responsables de la création et de la confection des habits. À l'instar des travaux de Marie Roué sur les vêtements des Samis5, si les choix considérés s'arrêtent à la solidité, à la souplesse, au degré d'isolation et à l'imperméabilité, Douglas Nakashima montre que l'esthétique et la signification symbolique sont intimement liées au processus technique. Même si les aléas de l'approvisionnement en matière première imposent diverses stratégies de remplacement, dans le modèle idéal des représentations, les corps des oiseaux (mâles, femelles, juvéniles), dépouilles devenues vêtements, correspondent métaphoriquement à ceux des humains (hommes, femmes, enfants) qu'ils recouvriront.

8 Pour ma part, je fais ressortir dans une analyse comparative l'importance des représentations dans le récent développement des vêtements pour climats extrêmes par l'industrie du plein air et le perfectionnement séculaire du système vestimentaire par les Inuits. Après avoir passé en revue quelques-uns des principes techniques de base qui régissent ces deux systèmes vestimentaires, je soulève des questions concernant leurs différences culturelles, à la fois dans les rapports au corps, les gestes et l'organisation nécessaire au maintien artificiel d'un milieu ambiant acceptable, aussi réduit soit-il. Le vêtement n'est pas vu ici comme un objet passif, mais comme un système dynamique qui requiert connaissances et savoir-faire pour bien fonctionner. L'environnement extrême de l'Arctique ou celui des hautes montagnes, selon les sensibilités imaginaires de l'Est ou de l'Ouest du pays, fournit un poste d'observation privilégié pour voir comment ces nouveaux éléments sont socialement et symboliquement organisés par les communautés citadines de jeunes sportifs. En m'attardant sur des vêtements taillés à l'image des hommes du Sud, qui ont d'abord tenté de braver à leur manière un environnement déjà domestiqué par les Inuits, je termine ma réflexion par une interrogation sur la différenciation sexuelle dans ces domaines de représentations, où l'appropriation d'un territoire n'est jamais donnée et s'inscrit dans les gestes les plus quotidiens.

9 C'est à une rétrospective historique et une étude ethnographique du vêtement féininin des sociétés mayas du nord du Yucatan que Mélissa Gauthier nous convie. En premier lieu, elle montre comment le rapport colonial s'est instauré sur une ségrégation raciste, où les bases supposément biologiques se seraient incorporées en divisions sociales dans l'habillement. L'évolution de la situation politique, notamment avec la montée du mouvement identitaire yucatèque, a superposé aux vêtements des strates de significations successives. Il est à remarquer que, continuant son rôle de marqueur identitaire, le vêtement est étroitement associé au type d'occupation, à la langue parlée et au lieu de résidence chez celles qui s'habillent à l'européenne et celles qui portent une tenue populaire issue du vêtement des Mayas. En second lieu, relatant les résultats de son enquête ethnographique, Mélissa Gauthier relève plusieurs subtilités dans les pratiques, indiquant que la différence tient moins à une pièce de vêtement comme telle qu'à l'agencement des différentes pièces entre elles, qu'il s'agisse des couleurs des broderies, de la présence d'un jupon et, s'il y a eu, de la longueur du dépassant, de la coiffure ou des bijoux, dans lesquels on compte les dents en or. L'auteure indique que la signification du vêtement s'est déplacée aujourd'hui en un marqueur de différenciation entre générations. Elle remet ainsi en question des études antérieures pour proposer à juste titre un modèle évolutif qui intègre les constantes transformations des formes et l'agencement de l'habillement autant que ses significations.

10 Enfin, forte d'une expérience de près de vingt-cinq ans en tant que conservatrice de collections ethnographiques au musée d'anthropologie de l'Université de la Colombie-Britannique, Elizabeth Lominska Johnson nous entretient de la spécificité des collections de vêtements. Son témoignage sensible, issu de réflexions personnelles quant à son travail avec des objets de la culture matérielle qui demeurent si intimes avec les corps dont ils ont été l'enveloppe, documente également des avancées récentes fort intéressantes dans les pratiques muséales. Ces dernières ne seront pas sans remettre en cause l'establishment muséographique. Chef de file au Canada dans le développement de relations plus égalitaires entre l'institution muséale occidentale et les peuples autochtones, le UBC Museum of Anthropology a en effet entrepris depuis quelques décennies de repenser l'ensemble de ses actions, fournissant l'accès le plus direct possible aux collections. Dans son article, Elizabeth Lominska Johnson analyse le développement et les répercussions de cette politique sur les collections de vêtements. Elle souligne au passage nombre de singularités qui se rattachent à ces collections, notamment celle de la médiation obligée de leur accès, en raison de la fragilité des matériaux, et celle de la relation aux corps des membres de collectivités, par le truchement des reliques vestimentaires conservées le plus souvent dans les réserves du musée. Elle pose avec acuité les problèmes des liens entre le privé et le public, entre les perceptions visuelles et tactiles ainsi qu'entre les conceptions culturelles différentielles de ces enveloppes humaines, pour ce qui est de ranimé et l'inanimé. Souhaitons que ces considérations sur les représentations et les diverses pratiques de restitution reçoivent un écho positif dans la communauté muséale élargie.

11 Les arts et les techniques de construction de la parure du corps et de la fabrication des vêtements sont profondément ancrés dans l'histoire des civilisations et ce, depuis les temps immémoriaux. À la fois le résultat et le reflet de l'interaction des individus avec leur environnement naturel et social, les vêtements demeurent un sujet inépuisable. Il est heureux de voir aujourd'hui leur étude se structurer. Depuis les confins du Nunavut en passant par le Nord du Mexique, dans les relations de travail et les gestes quotidiens, avec ce que les fonds d'archives et les réserves de musées peuvent en conserver, les cas d'espèce qui sont ici évoqués montrent chacun à sa manière quelques aspects qui lient le vêtement au corps des individus et à l'âme des sociétés.

La rédactrice invitée,
Élise Dubuc
NOTES
1 Voir à ce'sujet Justine M. Cordwell et Ronald A. Schwarz (éd.), The Fabrics of Culture : The Anthropology of Clothing and Adornment (La Haye et New-York : Mouton, cl979), vii + 519 p., ill. ainsi que Yves Delaporte et Monique de Fontanès (éd.), Vêtement et Sociétés I, Actes des journées de rencontre des 2 et 3 mars 1979 (Paris : Société des amis du Musée de l'Homme, 1981), 370 p.
2 De manière générale, les travaux de Claude Lévi-Strauss sur l'anthropologie structurelle et, de manière spécifique, ceux de Roland Barthes, inspirés des travaux de Ferdinand de Saussure en linguistique, ont eu une importance considérable sur la façon d'étudier le vêtement à partir des années 1970.
3 Voir Grant McCracken, « Clothing as Language : An Object Lesson in the Study of the Expressive Properties of Material Culture », dans Barrie Reynolds et Margaret Stott (éd.), Material Anthropology : Contemporary Approaches to Material Culture (Lanham et Londres : University Press of America, 1987), p. 103-128.
4 Compte tenu de l'ouverture d'un nouveau champ théorique, nombre d'ouvrages sur le vêtement publiés au cours des dernières années présentent des synthèses sur l'évolution des idées dans différents domaines universitaires. Voir à ce sujet l'excellente entrée en matière de Joanne Entwistle, The Fashioned Body : Fashion, Dress and the Modern Social Theory (Cambridge : Polity Press, 2000), 258 p.
5 Voir notamment l'article de Marie Roué « Anthropologie du vêtement : de la sémiologie à Pethnoscience chez les Samis et les rockers parisiens », dans Bulletin d'histoire politique, vol. 10, n° 2 (2002), p. 47-57.