Book Reviews / Comptes rendus de livres

Book Reviews / Comptes rendus de livres

Les Cahiers de La fonderie : revue d'histoire sociale et industrielle de la région bruxelloise

Louise Trottier
National Museum of Science and Technology
Les Cahiers de La fonderie : revue d'histoire sociale et industrielle de la région bruxelloise. N° 14 (juin 1993). Bruxelles : ASBL La fonderie, 1986 -. #ISSN 0775-2202

1 Publiés depuis août 1986 à raison de deux numéros l'an environ, Les Cahiers de La fonderie constituent le porte-parole d'un regroupement d'organismes communautaires et de chercheurs universitaires de la région de Bruxelles, dont le but est de préserver la mémoire collective des milieux défavorisés. Rédigés dans une perspective tant historique que contemporaine et fondés sur des enquêtes orales, monographies et documents iconographiques, les articles exposent des préoccupations socio-économiques ou pertinentes au patrimoine industriel de la collectivité immédiate.

2 Ainsi, la plus récente parution des Cahiers, consacrée aux ouvriers, retient l'attention justement parce qu'elle tente de faire le point sur les nuances qui caractérisent les activités de ce groupe social dans le contexte actuel, celui de la fin d'un siècle marqué par la désindustrialisation. De fait, la force ouvrière ne peut plus être encastrée dans une seule entité monolithique. Elle est appelée à remplir des fonctions polyvalentes en réponse à divers facteurs auxquels elle se voit de plus en plus confrontée : évolution des connaissances scientifiques, innovations techniques favorisant la modernisation des usines et accentuant la mécanisation et l'informatisation des opérations industrielles, épuisement des ressources naturelles, mondialisation de l'économie provoquant l'assimilation de petites et de moyennes entreprises par des compagnies multinationales, éclatement et relocalisation des chaînes de production depuis les pays industrialisés vers les pays en voie de développement.

3 Les ouvrières et ouvriers se rencontrent donc dans tous les secteurs de l'économie — artisans, producteurs, employés des services publics — et se recrutent parmi les « immigrants » provenant tout autant des régions rurales adjacentes à la ville de Bruxelles que de l'étranger. En témoignent les articles portant sur l'industrie à Bruxelles de 1846 à nos jours, sur les cokeries du Marly, sur le travail de nuit chez Volkswagen et sur les finalités de la formation professionnelle. Dans ce même numéro, d'autres thèmes traitant de la culture ouvrière comme telle et de ses pratiques alimentaires feront certainement les délices de chercheuses et chercheurs en culture matérielle.

4 Bref, les Cahiers méritent d'être consultés non seulement à cause de l'originalité des sources bibliographiques et iconographiques ainsi que de la variété et de la clarté du contenu scientifique, mais surtout parce qu'ils s'adressent à un vaste public.