Front Matter - Letter from the Director / Lettre du directeur

Front Matter

Letter from the Director / Lettre du directeur

Geneviève Sainte-Marie

1 In 1967, the National Museum of Science and Technology (NMST) introduced to Canada a museum that greatly differed from the traditional concept; one that was interactive, hands-on and visually exciting. It allowed visitors to participate in demonstrations of old as well as current, leading-edge technology, and to learn from them. Research and academic publishing were secondary to the more direct methods of interpreting objects to the public. The hands-on artifact experience quickly became the Museum's trademark, combining traditional museology with new interpretive methods of the evolving science centres of Europe and the United States.

2 Today, the NMST places a great deal more emphasis on research and utilizes an integrated approach in its research and exhibit functions. The thematic framework "The Transformation of Canada" guides the development of the collection and all the interpretive programmes that flow from it.

3 Through their work, curators, researchers and educators attempt to relate science and technology to society by addressing the past and present of our material culture and exploring the choices and challenges of its future. By revealing the many stories — social, economic and political — inherent in the objects of our collective past and present, both the institution and its journal, Material History Review (MHR), contribute to our understanding of ourselves and the technology which so completely embraces modern life.

4 The Museum has been active in the publication of Material History Bulletin since 1986, first as a co-publisher, then in 1990 as sole publisher of the renamed and reorganized Review. We view the journal as a means of learning from, and contributing to, scholarship in Canadian material culture study. This theme issue on "The Persistence of Technology" coincides with the 25th anniversary of the Museum and underscores our mandate to foster scientific and technological literacy throughout Canada. It also offers our international readers a window on Canada's technological heritage. At the same time, both the Museum and the journal have benefitted from the perspectives and approaches found in papers provided by scholars from abroad. It is hoped that readers will seek to further develop the relationship between material culture study and the history of technology.

5 Finally, in a world full of forums dedicated to the specialist, the Museum takes pride in its commitment to foster an enlivening interdisciplinary view of our heritage, a perspective which remains essential to MHR and the National Museum of Science and Technology itself.

Geneviève Sainte-Marie
Director

6 En 1967, le Musée national des sciences et de la technologie (MNST) se présentait au Canada comme un musée qui s'écartait passablement du concept traditionnel : un musée interactif, où il était permis de toucher et qui offrait une foule d'attraits visuels. Il permettait aux visiteurs de participer à des démonstrations de technologies tant anciennes qu'actuelles et d'avant-garde, et d'en tirer un enseignement. La recherche et les publications savantes passaient après les méthodes plus directes d'interprétation des objets auprès du public. La possibilité de toucher à divers modules d'exposition est rapidement devenue la marque distinctive du Musée, alliant la muséologie traditionnelle aux nouvelles méthodes d'interprétation des centres des sciences qui se développaient en Europe et aux États-Unis.

7 Aujourd'hui, le MNST insiste beaucoup plus sur la recherche et utilise une approche intégrée des fonctions de recherche et d'exposition. Le cadre thématique « La transformation du Canada » oriente le développement de la collection et tous les programmes d'interprétation qui en découlent.

8 Par leur travail, les conservateurs, les recherchistes et les éducateurs essaient d'établir un lien entre les sciences, la technologie et la société en étudiant le passé et le présent de notre culture matérielle et en explorant les choix et les défis de son avenir. En révélant les nombreuses facettes — sociales, économiques et politiques — de l'histoire des objets de notre passé et de notre présent collectifs, le Musée et sa publication savante, la Revue d'histoire de la culture matérielle, contribuent à nous éclairer sur nous-mêmes et sur la technologie qui enveloppe complètement la vie moderne.

9 Le Musée est associé à la publication du Bulletin d'histoire de la culture matérielle depuis 1986, d'abord à titre de coéditeur, puis, à partir de 1990, de seul éditeur de ce bulletin rebaptisé Revue et réorganisé. Nous considérons la revue comme un moyen d'en apprendre davantage sur la culture matérielle canadienne et de contribuer à la recherche dans ce domaine. Ce numéro thématique sur « La persistance de la technologie » coïncide avec le 25e anniversaire du Musée et s'accorde avec son mandat, qui est de favoriser l'acquisition de connaissances scientifiques et techniques partout au Canada. Nous ouvrons aussi à nos lecteurs d'autres pays une fenêtre sur le patrimoine technique du Canada. Par la même occasion, le Musée et la revue bénéficient des perspectives et des approches qu'ils découvrent dans les articles des savants de l'étranger. Nous espérons que les lecteurs chercheront à approfondir la relation qui existe entre l'étude de la culture matérielle et l'histoire de la technologie.

10 Finalement, dans un monde où abondent les tribunes vouées au spécialiste, le Musée s'enorgueillit de donner une vision interdisciplinaire et vivante de notre patrimoine, perspective qui reste fondamentale pour la Revue d'histoire de la culture matérielle et le Musée national des sciences et de la technologie lui-même.

Geneviève Sainte-Marie
Directeur