Front Matter - Results of Bulletin Surveys / Résumés des sondages

Front Matter

Results of Bulletin Surveys / Résumés des sondages

Results of Bulletin Surveys

1 The Material History Bulletin has, as the only journal dedicated to the study of Canadian material culture, contributed to and benefitted from the development of the field over the past ten years. Its success is in no small way the result of the constancy of its individual and institutional subscribers. The limited human resource base of the Bulletin has in the past restricted its active marketing; however, the move to a cooperative publication between two museums and the active support of a national board of editors has committed the Bulletin to a broader publication base and wider access to the material culture community. The decision to initiate two surveys was an attempt to better identify MHB's audience and to determine how the Bulletin is used and how it can best respond to reader needs. The following is a summary of the results of the surveys and is intended to allow the readership to participate more fully in the development of the Bulletin and the field of material culture studies.

2 The MHB Telephone Survey was carried out in the fall and winter of 1986. Its purpose was to identify the Bulletin's academic audience through contact with instructors of various courses of study related to material culture in order to ascertain awareness and impact of the journal.

3 Initially, a list of Canadian university and college courses was created from Museum Studies Programmes in Canada, published by the Canadian Museums Association, as well as other manuals known to the editors. The list became self-generating during the course of the survey as contacts provided names and locations of other programmes known to them. In the end, fifty-one listings included such subject fields as history, folklore, museology and museum technology, geography, conservation, culture matérielle, sociology and anthropology.

4 Survey results indicate a high degree of awareness and use of the Bulletin (85-87 percent). Perhaps the most encouraging information came from the discovery that in the thirty-one university and college courses using the Bulletin on their reading lists, 800 students are reached. Since the survey did not include all possible academic users, this figure is most encouraging not only for the Bulletin but also for the study of material culture in Canada.

5 The telephone survey also provided the editors with the opportunity to discuss the journal personally with a large number of actual or potential readers.

6 The Reader/Librarian Survey was inserted in issue no. 23. The response rate was 17 percent with equal representation by individual and institutional library subscribers. Most individuals were introduced to the Bulletin by their library or through a colleague, with considerably fewer numbers referring to advertisements, conference displays or course reading.

7 A question on the general content of the journal showed high attention to articles and book reviews. There is a marked preference for theme issues (for example no. 13, Exploiting the Forest) and respondents noted their specific research needs. The list of topics printed here below does not represent a priority listing although several subject areas were duplicated:

  • historic landscapes and sites
  • urban material history
  • domestic material history
  • military history
  • occupational histories
  • costume/textile history
  • packing and labelling—early 19th-century shipping containers
  • work and workers history
  • women's material history
  • railway material history
  • discussions of semiology
  • metal working
  • theoretical issues
  • research using ethnological collections
  • artisan workshops—tailors and seamstresses
  • Victorian era materials

8 The existing format of the Bulletin appealed to most respondents. There was an expressed preference for regular features listed in the table of contents and an increased use of illustrations. Other suggestions included a cleaner and larger typeface, increased frequency and regularity, and indexing both in individual issues and in a periodical index.

9 The subscription rate was considered a factor in the decision to subscribe for half the respondents. There was also a desire to see the Bulletin made available in academic bookstores.

10 Two questions directed toward institutional library subscribers indicated that the majority of respondents represented small libraries of from one to twenty Bulletin readers and that the journal was displayed and shelved rather than circulated. This is not surprising since the survey questionnaire would likely be lost in the system of the many large Canadian and foreign universities which are subscribers.

11 In response to information and opinion received through the conduct of the two surveys, editors of MHB have begun to plan for production and marketing improvements. As the Bulletin continues to develop, the direct communication with readers initiated by the surveys must continue. You are encouraged to contact the co-editors or members of the editorial board with opinions and submissions.

Résumés des sondages

12 Le Bulletin d'histoire de la culture matérielle est la seule publication consacrée à l'étude de la culture matérielle canadienne. À ce titre, il contribue au développement du domaine depuis dix ans. Son succès est en grande partie attribuable à la fidélité de ses abonnés, qu'il s'agisse de personnes ou d'établissements. Les ressources humaines limitées nuisaient auparavant à la commercialisation du Bulletin. Cependant, la collaboration de deux Musées à sa publication et le dévouement d'un comité de rédaction national ont permis d'atteindre un plus grand public, en particulier les spécialistes du domaine. Les deux sondages que nous avons faits il y a quelque temps avaient pour but de mieux connaître les lecteurs du Bulletin, de déterminer leurs besoins et de voir l'usage qu'ils font de cette publication. Voici un résumé des résultats obtenus. Nous voulons permettre ainsi à nos lecteurs de participer davantage à l'évolution du Bulletin et à celle de la discipline.

13 Le sondage téléphonique a été effectué pendant l'automne et l'hiver 1986. Nous avons communiqué avec les responsables de divers cours relatifs à la culture matérielle afin de déterminer dans quelle mesure notre publication était connue et appréciée dans leur milieu.

14 Nous avons commencé par dresser une liste des cours pertinents donnés dans les collèges et universités du pays en consultant le document Programmes de formation muséologique au Canada, publié par l'Association des musées canadiens, ainsi que d'autres répertoires. La liste s'est allongée au cours du sondage, les personnes contactées nous signalant d'autres noms et d'autres personnes. Elle a fini par compter cinquante et une inscriptions couvrant des disciplines comme l'histoire, le folklore, la muséologie, la géographie, la restauration, la culture matérielle, la sociologie et l'anthropologie.

15 Les résultats du sondage indiquent que le Bulletin est bien connu et beaucoup utilisé (85 à 87 pour 100). Élément fort encourageant, le Bulletin figure sur les listes de lectures de 31 cours universitaires et collégiaux; 800 étudiants sont ainsi atteints. Comme le sondage ne comprenait pas tous les lecteurs universitaires possibles, ces données sont très encourageantes non seulement pour le Bulletin mais pour l'avenir de notre discipline au Canada.

16 Le sondage téléphonique a également donné aux rédacteurs l'occasion de discuter personnellement du Bulletin avec un grand nombre de lecteurs actuels et éventuels.

17 Quant au sondage auprès des lecteurs et des bibliothécaires, il était inséré dans le numéro 23 du Bulletin. Le taux de réponse a été de 17 pour 100, les abonnés individuels et les bibliothèques y étant en proportion égale. La plupart des personnes ont appris l'existence du Bulletin à leur bibliothèque ou par l'entremise d'un collègue, mais très peu par la publicité, les kiosques de conférences ou les cours.

18 Une question sur le contenu de la publication a révélé que les lecteurs portent beaucoup d'intérêt aux articles et aux critiques de livres. Ils ont une préférence marquée pour les numéros thématiques (par exemple, le n° 13 sur l'exploitation forestière); les répondants ont d'ailleurs profité du sondage pour parler de leurs besoins particuliers. Voici la liste, sans ordre de priorité, des sujets qu'ils ont mentionnés:

  • lieux historiques
  • histoire matérielle urbaine
  • histoire matérielle domestique
  • histoire militaire
  • histoire des métiers et professions
  • histoire des costumes et textiles
  • emballage et étiquetage: les contenants du début XIXe siècle
  • histoire du monde ouvrier
  • histoire matérielle des femmes
  • histoire matérielle des chemins de fer
  • sémiologie
  • métallurgie
  • questions théoriques
  • recherche fondée sur les collections ethnologiques
  • ateliers d'artisans: les tailleurs et les couturiers
  • matériaux de l'ère victorienne

19 La plupart des répondants se disent satisfaits de la présentation du Bulletin. Ils préfèrent des rubriques régulières figurant à la table des matières et souhaiteraient un plus grand nombre d'illustrations. Certains ont également suggéré d'utiliser des caractères plus clairs et plus gros, de publier plus fréquemment et plus régulièrement et d'établir un index pour chaque numéro ainsi qu'un index général du périodique.

20 La moitié des répondants ont déclaré que les frais d'abonnement influaient sur leur décision de s'abonner. Certaines personnes aimeraient aussi que le Bulletin soit disponible dans les librairies universitaires.

21 Deux questions adressées aux bibliothèques abonnées ont permis de déterminer que le Bulletin n'y est lu que par un à vingt usagers et que celui-ci y est exposé plutôt que distribué. Cela n'est pas surprenant puisque le questionnaire du sondage semble s'être perdu dans bon nombre des grandes bibliothèques canadiennes et étrangères abonnées.

22 Les rédacteurs envisagent déjà d'apporter des améliorations au Bulletin et à sa commercialisation en fonction des réponses aux deux sondages. Chose certaine, il faudra maintenir cette communication directe avec les lecteurs aussi longtemps qu'existera la publication. Vous êtes donc encouragés à faire part de vos opinions et suggestions aux corédacteurs ou au comité de rédaction.