Front Matter - Barbara Riley

Front Matter

Barbara Riley

A Tribute from Her Colleagues and Friends

1 "We should put together a festschrift for Barbara," remarked a colleague, "except they are for someone who is either old or dying." Obviously not an appropriate suggestion under the circumstances. But Barbara Riley, founding editor of Material History Bulletin, is gone: from the Bulletin, from the Canadian Museum of Civilization where she has been employed since 1969, and from Canada. Having found that her work at the Museum was becoming personally less meaningful, she embarked on a fresh career in Third World development. "I've opened a door," she said, "and stepped into a new part of my life." At the end of August, Barbara left Ottawa to begin a two-year posting as a cultural affairs officer in the Western Province of the Solomon Islands. Stationed on the island of Gizo under the sponsorship of the Canadian University Service Overseas (CUSO), Barbara has a job that combines the duties of a history curator, archaeologist, educator and archivist. In this way she is sharing some of the good fortune which she, herself, enjoys.

2 Barbara Riley is missed by the colleagues and friends she leaves behind. Someone with her personality and character is not easily replaced. Nor are her achievements likely to be forgotten. As Ontario Historian at the Canadian Museum of Civilization (formerly the National Museum of Man), Barbara noticed the history collection lacked attention and clear objectives. An offer to work specifically with the artifacts resulted in her appointment in 1972 as Assistant Chief (Curatorial). During the next ten years the history collection expanded rapidly and major improvements in documentation and storage of the objects were achieved. George MacDonald, Director of the Canadian Museum of Civilization, refers to Barbara Riley as a "pioneer in this country in the field of material history studies [who] played a leading role in this museum in devising a methodology to guide the development of the national collections of material history." He goes on to add that "in only two decades our collections have grown from a few pieces to many thousands of items with important input of both artifacts and the data surrounding them by Barbara Riley." After a brief secondment in 1982-1983 to the Museum Assistance Programme as Assistant Director, Programme Coordination, Barbara returned to CMC with the ambition to begin an extensive study of women's work in the home. Designed to include original research, selected artifact acquisitions and various types of publications, the project resulted in several conference papers and a major article before it was halted in anticipation of duties connected with CMC's future edifice in Hull. Her most recent efforts involved development of a plan ensuring the continuation of Material History Bulletin during a period when CMC's energies are of necessity focused on opening its new building. In addition to all of her formal duties, Barbara played an active role in provincial and national organizations and held a variety of positions in them.

3 When asked to comment on Barbara's departure, various friends and colleagues worry that the results may take the form of an obituary. The image that emerges from the remembrances people share of her, however, is one of a woman at the peak of her powers daring to face life with enthusiasm. Her new work reflects an "enormous generosity," according to Jean Friesen, a former colleague now with the University of Manitoba, in reference to Barbara's leaving, and may also allow Barbara to tap her "wide-ranging set of talents" more fully. A tribute to Barbara Riley at this time is merely a summary of work in progress.

4 Invariably personal warmth and charm feature in comments about Barbara. She surrounds herself with friends who share these qualities. Her home was frequently the setting for pleasant evenings, and her annual New Year's levées were crowded, happy events. A colleague who met his future wife at Barbara's remarks that "a stranger met there couldn't come with a higher recommendation." Barbara's cordiality is combined with a sense of dignity and purpose which reveals itself in a variety of ways, from "splendid homemade health-food concoctions" which imbued another colleague with a "sense of guilt" about his "calorie-laden cafeteria fare" to her firm stand on the place of women in today's society. In the latter context still another colleague remembers that in Barbara's lexicon "ladies" is narrowly defined, giving way in most circumstances to "women."

5 Those who reported to Barbara, the manager, recall her ability to bring her personal qualities to the work place. One remarks on her "knack of maintaining friendship with people who work for her while at the same time firmly disciplining when necessary." At the Museum Assistance Programme she pulled her unit together and made it work as a team. "She was very accessible, but very decisive," Sue Murdock remembers, adding she was "a good person to work for and to have in the organization." Within her own institution Barbara's skills were renowned. When NMM Director Bill Taylor was told by a new employee that she liked working for Barbara, he quipped, "She's a real gentleman, isn't she?" Another member of the curatorial section notes Barbara's personal interest in his career and her ability to inspire confidence and a desire to do better. Barbara is also credited with being one of a rare number of anglophone public servants who is "able to express her affection for the French language and culture in Canada."

6 "Barbara was a point of reference for most museum and academic staff working in material history in Canada," remarks David Richeson of the Western Development Museum. Marie Elwood of the Nova Scotia Museum recalls that "it was her initiative that brought history curators from across Canada to a meeting in Ottawa" at which Barbara "proposed a publication that would serve to promote material history studies in Canadian museums." Later she organized the first Canadian conference on material history. Mrs. Elwood attributes these achievements to Barbara's "initiative and the ability to convey her enthusiasm to others in order to produce results." Certainly, despite all the difficulties encountered in editing Material History Bulletin, alone and in company with Rob Watt of the Vancouver Museum, the outcome was positive. Mr. Watt found the experience of working with Barbara "a pleasure in anticipation," with the reality "never a disappointment." He thinks of her as "one of Canada's best curators, thoroughly professional in every sense without being narrow or petty in outlook or approach" and admires her "superior research and interpretive skills" and organizational abilities. One provincial museum director wrote some time before Barbara's departure that the interest in, and support of, his institution's work by "the energetic Barbara" was very much appreciated, adding that if there was any thought that the journal "has no effect and may not be worth the effort, just think of [its] audience who [it] elevate[s] with enthusiasm and energy with the appearance of every issue." Much of the labour connected with the Bulletin is hidden. The current editorial triumvirate has been surprised and "dismayed" by the work involved. Dr. Richeson, a former NMM employee, remembers an in-house survey of telephone use done in 1981 "which revealed the none-too-surprising truth to those of us who shared her telephone in History Division that she was receiving 70 per cent of all [our] incoming telephone calls." He adds, "Barbara, typing or writing while carrying on a conversation with another museum employee somewhere between B.C. and Newfoundland, is a lasting image." Del Muise of Carleton University, another NMM alumnus, sums it up, "Barbara is a doer . . . And she did it over and over again."

7 All of Barbara's friends and colleagues share her joy and are "proud of her for making the decision" to undertake a new career. But her reflective, mature choice to go raises questions for us. For John McAvity, Executive Director of the Canadian Museums Association, "Barbara is a professional of the highest calibre and integrity [who] has given tremendously to all her jobs and to her profession" especially "a moral fibre and an uncompromising conviction." He adds, "When a profession loses someone like Barbara, we all lose something," and continues, "Since learning of her resignation I have been unable to overcome a deep sense of loss. We will all miss her. Her decision to leave was hers to make, but it raises questions which we as a profession must ask about ourselves."

8 Barbara is a modest person, and she would neither expect nor appreciate a lengthy tribute from anyone. This acknowledgement of Barbara's service to date is a compilation of brief reflections from various friends and colleagues in the museum world. It is perhaps more for us than for her, and it affirms our expectations for Barbara's future as much as it sums up her past.

Un hommage de ses collègues et amis

9 «Nous devrions faire l'éloge de Barbara, dit un collègue. Bien entendu, il ne s'agira pas d'éloge funèbre car elle se porte mieux que jamais.» Toutefois, Barbara Riley. rédactrice en chef et fondatrice du Bulletin d'histoire de la culture matérielle, a quitté le Bulletin, le Musée canadien des civilisations, où elle travaillait depuis 1969, et le Canada. Trouvant que son travail au Musée devenait moins gratifiant, elle s'est lancée dans une nouvelle carrière, l'aide au développement. «J'ai ouvert une porte, dit-elle, et entamé une nouvelle étape de ma vie.» À la fin d'août, Barbara a quitté Ottawa pour une affectation de deux ans à titre d'agent culturel à Gizo, île située dans la province occidentale de l'archipel des Salomon. Sous les auspices du Service universitaire canadien outre-mer (SUCO), Barbara a un travail où elle fait office, tout à la fois, de conservateur de l'histoire, d'archéologue, d'éducatrice et d'archiviste. Elle fait ainsi profiter les autres de la chance qui lui a toujours souri.

10 Barbara Riley manque beaucoup à ses collègues et amis. Il n'est pas facile de rem-placer quelqu'un ayant une telle personnalité et une telle force de caractère. Ses réalisations ne risquent guère de tomber dans l'oubli non plus. En effet, en qualité d'historienne de l'Ontario au Musée canadien des civilisations (précédemment le Musée national de l'Homme), Barbara remarque que la collection d'objets historiques manque d'attention et que les objectifs sont trop vagues dans ce secteur. Se voyant offrir de travailler précisément avec les objets, elle est nommée chef adjoint (Conservation) en 1972. Au cours des dix années qui suivent, la collection d'histoire se développe rapidement et des amélio-rations importantes sont apportées à la documentation et à la mise en réserve des objets. Pour George MacDonald, directeur du Musée canadien des civilisations (MCC), Barbara Riley est «un pionnier dans le domaine de l'histoire de la culture matérielle [qui] a joué un rôle majeur au Musée en élaborant une méthode pour l'enrichissement des collections nationales ayant trait à la culture matérielle». Puis il ajoute : «En une vingtaine d'années seulement, nos collections sont passées de quelques pièces à des milliers d'articles grâce à un important apport de Barbara Riley tant sur le plan des objets que sur le plan des donnés s'y rattachant.» Après une brève affectation provisoire en 1982-1983 aux Programmes d'appui aux musées à titre de directrice adjointe de la Coordination des programmes, Barbara retourne au MCC avec l'ambition d'entreprendre une vaste étude sur le travail des femmes à la maison. Ce projet, qui devait embrasser des recherches originales, des acquisitions d'objets et divers types de publications, donna lieu à plusieurs communications et à un important article avant d'être interrompu en prévision de fonctions liées au futur édificie du MCC, à Hull. Ses efforts les plus récents ont porté sur l'élaboration d'un plan assurant la continuation du Bulletin d'histoire de la culture matérielle à un moment où le MCC doit appliquer toute son énergie à l'ouverture du nouvel édifice. En plus de ses nombreuses fonctions officielles, Barbara a participé activement aux activités d'associations provinciales et nationales, où elle a occupé divers postes.

11 Lorsqu'on leur demande de commenter le départ de Barbara, divers amis et collègues disent craindre que leurs propos ressemblent à une notice nécrologique. Toutefois, l'image qui ressort des souvenirs que les gens gardent d'elle est celle d'une femme en pleine possession de ses moyens, qui affronte la vie avec enthousiasme. Son nouveau travail témoigne d'une «générosité hors du commun», déclare Jean Friesen, une ancienne collègue travaillant à présent à l'Université du Manitoba, et pourrait lui permettre d'utiliser plus pleinement ses divers talents. Un hommage à Barbara à cette étape de sa vie ne peut être qu'un résumé de ses travaux.

12 Chaleur personnelle et charme sont des mots qui reviennent toujours dans les commentaires au sujet de Barbara. Elle s'entoure d'amis qui, eux aussi, possèdent ces qualités. Sa demeure a souvent été le lieu de soirées agréables, et ses réceptions annuelles à l'occasion du nouvel an étaient des événements heureux, très courus. Un collègue qui a rencontré sa future chez Barbara dit qu'«un étranger rencontré là ne pouvait avoir meilleure recommandation». La cordialité de Barbara s'allie à un sentiment de dignité et à une détermination qui se manifestent de diverses façons, depuis «ses merveilleuses préparations maison d'aliments naturels», qui donnaient à un collègue un «sentiment de culpabilité» par rapport à la «bouffe de cantine bourrée de calories», jusqu'à la fermeté de sa position sur la place des femmes dans la société d'aujourd'hui. À ce propos, un autre collègue se rappelle que le mot «dames» est étroitement défini dans la langue de Barbara et fait place la plupart du temps au mot «femmes».

13 Ceux qui rendaient compte à Barbara, la gestionnaire, évoquent sa capacité de faire profiter son milieu de travail de ses qualités personnelles. L'un d'eux fait observer qu'elle avait «le don d'entretenir des liens d'amitié avec ses subalternes en sachant exercer en même temps une discipline rigoureuse, au besoin». Aux Programmes d'appui aux musées, elle a réuni son service et a su en faire une vraie équipe. «Elle était très accessible, mais très décidée, se rappelle Sue Murdock. Il est agréable de travailler pour elle, et elle est précieuse pour une organisation.» Les compétences de Barbara étaient connues au sein de l'établissement. Lorsqu'une nouvelle employée déclara à Bill Taylor, directeur du MNH, qu'elle aimait travailler pour Barbara, celui-ci répondit avec piquant : "C'est un vrai gentleman, n'est-ce pas?" Un autre employé de la section de conservation note qu'elle portait un intétêt personnel à sa carrière et qu'elle savait motiver ses subordonnés et leur donner confiance en eux-mêmes. Barbara passe également pour l'une des rares fonctionnaires anglophones qui manifeste volontiers son attachement pour la langue et la culture françaises au Canada.

14 Barbara était une autorité pour la plupart des muséologues et universitaires oeuvrant dans le domaine de la culture matérielle au Canada», fait remarquer David Richeson du Western Development Museum. Marie El-wood, du Nova Scotia Museum, rappelle que Barbara organisa à Ottawa une rencontre de conservateurs de l'histoire venant de tous les coins du Canada, où elle proposa une publication visant à encourager l'étude de la culture matérielle dans les musées canadiens. Puis elle organisa la première conférence canadienne sur l'histoire de la culture matérielle. Mmc Elwood attribue ces réalisations au sens de l'initiative de Barbara et à sa capacité de communiquer son enthousiasme aux autres pour arriver à quelque chose. Malgré toutes les difficultés éprouvées, seule ou avec Rob Watt du Vancouver Museum, dans la préparation du Bulletin d'histoire de la culture matérielle, le résultat a été positif. M. Watt se réjouissait toujours à l'avance de travailler avec Barbara et n'était jamais déçu. Il estime qu'elle était «l'un des meilleurs conservateurs au Canada, prenant son travail très au sérieux sans être mesquine ou étroite d'esprit» et admire ses «qualités supérieures de chercheur et de vulgarisateur» et son sens de l'organisation. Un directeur de musée provincial écrivit quelque temps avant le départ de Barbara qu'il était très sensible à l'appui que «la dynamique Barbara» accordait au travail de son établissement, ajoutant que si l'utilité de la revue faisait le moindre doute, il suffisait de penser à l'enthousiasme et à l'énergie qu'insufflait aux lecteurs la parution de chaque numéro. Une bonne partie du travail lié au Bulletin est invisible. Les trois rédacteurs actuels ont été surpris et «consternés» par le travail que nécessite la publication d'un numéro. M. Richeson, ancien employé du MNH, se rappelle un sondage interne fait en 1981 sur l'utilisation du téléphone «qui, fait peu étonnant, a démontré à ceux qui parmi nous partageaient son téléphone à la Division de l'histoire qu'elle recevait 70 pour 100 de tous les appels téléphoniques. Il n'était pas rare de la voir dactylographier ou écrire tout en s'entretenant avec un employé d'un autre musée situé quelque part entre la Colombie-Britannique et Terre-Neuve». Del Muise, de l'Université Carleton, autre ancien stagiaire du MNH, dit pour récapituler que «Barbara est un bourreau de travail».

15 Tous les amis et collègues de Barbara s'associent à sa joie et sont fiers qu'elle ait décidé d'entreprendre une nouvelle carrière. Mais sa décision mûrement réfléchie de partir nous amène à nous poser des questions. Pour John McAvity, directeur administratif de l'Association des musées canadiens, «Barbara est une professionnelle du plus haut calibre et d'une intégrité sans pareille, [qui] a donné énormément à tous ses emplois et à sa profession, en particulier une grande force morale et une conviction absolue». Il ajoute que «lorsqu'une profession perd quelqu'un comme Barbara, nous perdons tous quelque chose», et poursuit en disant : «Depuis que j'ai appris sa démission, je n'ai pu surmonter un profond sentiment de perte. Nous la regret-terons tous beaucoup. Sa décision de partir lui appartenait mais soulève des questions que nous-mêmes devons nous poser en tant que membres d'une profession.»

16 Barbara est une personne modeste. Elle n'espérerait ni n'apprécierait un long hommage de qui que ce soit. Ce résumé des services de Barbara à ce jour ne visait qu'à rapporter les réflexions de divers amis et collègues de la communauté muséale. Il est peut-être plus pour nous que pour elle, et, tout autant qu'il résume son passé, il témoigne des espérances que nous formons pour l'avenir de Barbara.