Front Matter - Introduction

Front Matter

Introduction

Greg Baeker
Executive Director of the Ontario Museum Association

1 In January 1985 the Ontario Museum Association, with support from the Museum Assistance Programmes of the National Museums of Canada, presented the latest in a series of biennial heritage conferences entitled "Children and Changing Perspectives of Childhood in the Nineteenth Century." The event was modelled very closely on the 1983 conference "Industrious in Their Habits: Rediscovering the World of Work" (select papers from which appeared in Material History Bulletin 19 and 20). One of the principal objectives of both conferences was to bring together representatives from the museum and academic communities in a forum which we hoped would result in an instructive exploration of a particular historical theme while simultaneously encouraging closer cooperation and better understanding between these two constituencies. The 1983 event was deemed highly successful in this regard, leading one delegate to comment that "the interaction of university and public historians, and the interplay of visual, oral and artifactual evidence with new documentary sources have the potential to effect a revolution in how we interpret the past." Although response to the 1985 conference was also highly favourable, the event succeeded in crystalizing in my own mind a number of difficulties we must still overcome in the realization of this noble objective.

2 Many of the reasons for this conclusion were articulated with stunning clarity by Gregg Finley in his article "Material History and Musems: A Curatorial Perspective in Doctoral Research" (Material History Bulletin 20). Finley argues that the use of collections for purposes of research in both academic and museum circles remains stymied by an unwillingness to address fundamental intellectual and methodological questions. "How does one actually interpret the meaning of an artifact? What theoretical approaches, methodological procedures, and creative insights can be brought to bear on the artifact so that it will reveal its message? ... In the quest for historical understanding, what is the relationship between the archival document — the traditional primary source material — and the artifactual document?"

3 The conference, I fear, made only modest progress in the addressing of these fundamental issues. This failing resulted from a number of factors beginning with the structuring of the conference. The principle upon which both the 1983 and 1985 conferences were organized was that representatives from the academic community were assigned to plenary sessions and asked to provide an overview of important issues and themes. Museum representatives were then asked to follow up in concurrent sessions with papers on more narrowly defined topics relating to the preceding overview. Although organizationally efficient this strategy served to actually discourage the interchange between public and university historians. It also prevented the critical exploration of the relationship between archival and artifactual evidence noted above. Finally, it inadvertently conveyed the impression that museum representatives had intrinsically less important information and insights to convey due to their relegation to concurrent sessions.

4 More germane to Finley's concerns, however, was the actual content of the papers. With few exceptions papers delivered by academics dealt only cursorily with collections and artifactual evidence. This is not to say that important information was not brought to bear on the subject at hand. However, if and when collections were utilized, it was inevitably as a means of demonstrating conclusions arrived at on the basis of traditional — largely archival — evidence. In his article Finley distinguishes between material history research strategies based on "deductive" reasoning (reading things into objects) and "inductive" reasoning (reading things out of objects). Inevitably remarks by speakers from the academic realm fell into the former camp. Although museum representatives attempted to examine collections more directly as a research resource, no consistency of approach or methodology was evident. One left many sessions stimulated by discussions but uncertain as to the basis upon which many conclusions had been drawn, the representativeness of specific collections, and a variety of other unknowns.

5 All this must appear strikingly pessimistic and critical. It should not. The conference was tremendously worthwhile in clarifying many existing difficulties and moving us forward towards a better understanding of the challenges which have yet to be overcome in the area of material history research. Unquestionably the most hopeful component of the event was the keynote address by Thomas Schlereth. In the course of his presentation (reprinted in this issue) Professor Schlereth wove an extraordinarily rich and complex thesis, integrating documentary and artifactual evidence in the exploration of his theme. His address should serve as a model for subsequent papers of this kind.

6 The papers that follow go a long way towards enhancing our understanding of the subject matter at hand — that of children and changing perspectives of childhood in the late nineteenth and early twentieth centuries. Equally important, however, is the degree to which they reflect our need to avoid complacency and to press for higher standards of intellectual and professional accountability in the study and understanding of our collections.

7 I want to thank all those who contributed to the conference, as speakers and delegates, and to acknowledge the assistance of the Ontario Institute for Studies in Education in its organization. Very particular thanks are due to the programme committee and conference coordinators whose imagination and hard work brought together a rich variety of perspectives on children in the past.

Conference Chairperson:
Prof. Kenneth McLaughlin,
University of Waterloo
Programme Committee:
Bruce Curtis, Ontario Institute for Studies in Education
Ruth Freeman, Royal Ontario Museum
Shirley Hartt, Montgomery's Inn
Craig Heron, York University
Susan Houston, Ontario Institute for Studies in Education
Robert Hume, Parks Canada
Lynne Kurylo, Enoch Turner Schoolhouse
Elizabeth Quance, Heritage consultant
Mary Tivy, Museum and Archive of Games
Greg Baeker (ex-officio), Ontario Museum Association
Conference Coordinators:
Greg Baeker
Helen Knibb
Jude Scott

8 En Janvier 1985, l'Association des musées de l'Ontario, avec le concours des Programmes d'appui aux musées des Musées nationaux du Canada, a présenté la conférence intitulée «Children and Changing Perspectives of Childhood in the Nineteenth Century», dernière en date d'une série de conférences biennales sur le patrimoine. L'organisation de cette conférence était modelée sut celle de 1983, intitulée «Industrious in Their Habits: Rediscovering the World of Work» (dont des textes choisis furent reproduits dans les nos 19 et 20 du Bulletin d'histoire de la culture matérielle). Ces deux conférences visaient, entre autres grands objectifs, à réunir des représentants des communautés muséale et universitaire pour des discussions qui, espérait-on, conduiraient à un examen instructif d'un thème historique donné, tout en favorisant l'instauration d'une coopération plus étroite et d'une meilleure compréhension entre les deux secteurs. En 1983, l'objectif avait été atteint à telle enseigne que l'un des participants déclarait que: «l'interaction entre les historiens du milieu universitaire et du secteur public, de même que celle entre les témoignages visuels, oraux et matériels, et de nouvelles sources de documentation, nous permettent d'envisager une révolution dans la manière d'interpréter le passé». Même si la conférence de 1985 a connu elle aussi un franc succès, elle m'a permis de préciser mes idées à propos d'un certain nombre de difficultés qui restent à aplanir avant que nous réalisions ce noble objectif.

9 Bon nombre des motifs m'ayant conduit à une telle conclusion sont exposés avec une clarté frappante dans l'article de Gregg Finley intitulé «Material History and Museums: A Curatorial Perspective in Doctoral Research» (Bulletin d'histoire de la culture matérielle n° 20). Finley soutient que l'utilisation des collections aux fins de recherche, tant dans les universités que dans les musées, se heurte au refus de trouver les réponses à des questions intellectuelles et méthodologiques fondamentales. «Comment interprètet-on vraiment un objet façonné? Quelles approches théoriques, quelles méthodes et quels instincts créatifs peut-on appliquer à l'étude d'un objet façonné pour qu'il révèle son message? (...) En cherchant à comprendre l'histoire, quel rapport s'établit-il entre les documents d'archives — traditionnellement les sources primaires de référence - et les documents matériels?»

10 Cette conférence n'aura permis, je le crains bien, que d'effleurer ces questions fondamentales. La conjugaison d'un certain nombre de facteurs, dont, dès le départ, la structure même de la conférence, ont conduit à une telle absence. De fait, en 1983 comme en 1985, on a demandé aux représentants du milieu universitaire de donner leurs allocutions sur des sujets et des thèmes majeurs lors de séances plénières. Les programmes prévoyaient ensuite que les représentants des musées présentent leurs communications, sur des sujets plus précis liés aux exposés des universitaires, dans le cadre de séances restreintes simultanées. Si, du point de vue de l'organisation, cette manière de procéder a fait ses preuves, elle a, par contre, eu pour effet de décourager les échanges entre les historiens du secteur public et ceux du milieu universitaire. Elle a aussi rendu impossible l'examen critique du rapport déjà souligné entre les documents d'archives et les documents matériels. En outre, comme les représentants des musées devaient présenter leurs exposés dans des séances simultanées, on pouvait croire, ce qui n'était évidemment pas voulu, qu'ils avaient des données et des idées essentiellement moins importantes à communiquer.

11 Mais le contenu même des exposés touche de plus près aux préoccupations de Finley. En effet, à quelques exceptions près, les universitaires ne mentionnaient que superficiellement les collections et les documents matériels. Il ne faudrait pas comprendre ici que rien d'important n'est ressorti sur les thèmes abordés. Cependant, lorsqu'on se servar: des collections, c'était immanquablement pour corroborer des conclusions fondées sur des éléments de preuve rraditionnels — pour l'essentiel archivistiques. Dans son article, Finley établit une distinction entre les méthodes de recherche sur la culture matérielle fondées sur un raisonnement «déductif» (qui prennent l'objet comme point d'arrivée) et les autres, fondées sur un raisonnement «inductif» (qui prennent l'objet comme point de départ). À tout coup, les universitaires procédaient par déduction. Par contre, si les représentants des musées tentaient d'aborder les collections plus directement comme ressources pour la recherche, on ne pouvait constater chez eux aucune uniformité d'approche ou de méthode. Ainsi, les discussions quoique stimulantes, pouvaient laisser une impression de vague quant aux fondements de certaines conclusions, à la représentativité de collections données et à bien d'autres inconnues.

12 De tels propos semblent peut-être très pessimistes et négatifs, mais ils ne le sont pas. La conférence a été extrêmement utile en jetant de la lumière sur bon nombre de difficultés et en nous portant plus avant sur la voie de la compréhension des défis qu'il nous faudra encore relever dans la recherche en histoire de la culture matérielle. Incontestablement, l'élémen': le plus encourageant de la conférence fut le discours d'orientation du professeur Thomas Schlereth. Dans son exposé (repris dans ce numéro), le professeur Schlereth nous présenre une thèse extraordinairement riche et complexe où témoignages documentaires et témoignages matériels viennent servir l'examen du thème. Cet exposé devrait servir de modèle à de prochains documents du genre.

13 Les communications qui suivent nous aideront à nous former une meilleure idée du sujet, à savoir, l'enfance et les nouvelles perceptions de l'enfance à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Cependant, ces textes nous rappellent aussi qu'il faut éviter toute complaisance et insister pour une plus grande rigueur intellectuelle et professionnelle dans l'étude et la compréhension de nos collections.

14 Je tiens en terminant à remercier tous ceux et celles qui ont pris part à la conférence, à titre de conférenciers et de délégués, et aussi l'Institut d'études pédagogiques de l'Ontario qui nous a été d'une aide précieuse. Je désire aussi remercier tout spécialement le comité du programme et les coordonnateurs de la conférence dont l'imagination et le travail nous ont permis de nous familiariser avec une très riche variété d'anciennes perceptions de l'enfance.

Président de la conférence:
Professeur Kenneth McLaughlin,
Université de Waterloo
Comité du programme:
Bruce Curtis, Institut d'études pédagogiques de l'Ontario
Ruth Freeman, Musée royal de l'Ontario
Shirley Hartt, Montgomery's Inn
Craig Heron, Université York
Susan Houston, Institut d'études pédagogiques de l'Ontario
Robert Hume, Parcs Canada
Lynne Kurylo, Enoch Turner Schoolhouse
Elizabeth Quance, conseillère en patrimoine
Mary Tivy, Museum and Archives of Games
Greg Baeker (délégué d'office), Association des musées de l'Ontario
Coordonnateurs de la conférence:
Greg Baeker
Helen Knibb
Jude Scott