Front Matter - Introduction

Front Matter

Introduction

Barbara Riley
Assistant Chief (Curatorial), History Division

INTRODUCTION

1 Material history is emerging as a distinct area of research in Canada. Until very recently the material evidence of Canada's historical past has remained largely the domain of antiquarians, genealogists, connoisseurs, and collectors; only rarely did their interests coincide with those of historians. Publications, reflecting these preoccupations, presented historical artifacts for the most part as either antiquarian objects or "collectibles." It is not surprising that the collecting activities of museums tended to emphasize these same concerns.

2 The Centennial year of 1967 created a dramatic increase in interest on the part of governments and the public alike to discover, examine, and preserve the country's heritage. As a result museums (particularly history museums), historical societies, preservation associations, and historic sites have grown rapidly in number and size over the past fifteen years. That same period has seen the increasing professionalization of researchers and curators responsible for historical collections. Since, in recent years, many university-trained historians have been hired to work in exhibition-related positions, whether in museums or historic sites, an increasing research effort has gone into material-related history. A new generation of museum curators and historic sites researchers has been challenged to deal with a hitherto unfamiliar type of evidential "document" — the artifact — and to be as selective (yet representative) in its use as with "conventional" sources.

3 One problem common to all those engaged in using artifacts (whether houses or hatpins) to analyze and interpret Canadian history has been the lack of formal training and of a systematic method of integrating this new material into the total body of evidence. And here the academic historians themselves have been unable to offer much direction. Some researchers have looked to other disciplines such as archaeology, art history, folklore, or cultural geography — already accustomed to incorporating the study of artifacts in their methodologies — for assistance or inspiration. A second problem has been the struggle to free historical artifacts from the narrow concepts of connoisseurship on the one hand and, on the other, a romantic attachment to the pioneer past. Historians working in museums have also had to contend with the stronger and better developed position of older museum disciplines such as anthropology which have more extensive collections and established structural frameworks. Gradually over the past decade, however, a growing body of researchers in museums, historic sites services, and other public and private agencies has begun to develop, through a variety of approaches and projects, a field of research identifiable as material history.

4 The National Museum of Man's History Division, itself the product of a pre-1967 cultural impetus, the Massey Report, has participated actively in the development of Canadian material history. The results of such research have figured in two major projects. "Canada's Visual History," aimed at secondary school and community college students, draws heavily upon collections and research resources of museums across the country; "A Few Acres of Snow," the permanent Canadian history gallery, made extensive use of the results of material history research in developing its thematic approach to Canada's past. In 1975 the National Museum of Man sponsored a small conference of history curators and historic sites specialists from major Canadian institutions to discuss material history research. In response to a need expressed at that meeting came the National Museum of Man's Material History Bulletin, the first publication in Canada devoted to the study of Canadian material history. Two years later it seemed appropriate to hold a full-scale conference on Canadian material history. With the encouragement of others in the museum community, particularly members of the staff and board of the New Brunswick Museum, Canada's Material History: A Forum took place at the Victoria Memorial Museum Building in Ottawa on 1-3 March 1979.

5 Forum was deliberately organized to review achievements to date in Canadian material history research and to suggest strategies for the future. The keynote of the conference was the place of material history within the larger context of the discipline of history, in effect the relationship of material history to more traditional social, economic, and cultural history. This relationship is important because, although the concerns of material history are similar and in some cases overlap with those of other disciplines — historical and industrial archaeology, decorative and folk arts, anthropology, art history, historical architecture — it is above all from the discipline of history that it takes its orientation and focus. At the same time it was recognized that research in material history has been carried out by persons working in a variety of disciplines and institutions and using many different approaches to the subject. While it was not possible within the confines of the programme to include every relevant discipline, agency, or methodology, Forum tried to reflect as broad a cross-section as possible in addition to good regional representation. We also thought it important to provide a window on the state of material history abroad, Great Britain, France, and the United States were chosen as the countries most immediately relevant to Canadian research.

6 The conference was divided into five sessions which took place in the following order:

  • Material History and History: Present Relationship and Future Prospects;
  • Approaches to and Achievements in Material History: Three Case Studies;
  • Sources for Material History Research: A Critique;
  • Material History Abroad: Recent Developments and Future Trends;
  • Present Needs and Future Prospects in Material History: Training and Application of Research.

A list of all sessions and all participants is included at the end of this publication.

7 The decision to publish the conference papers, made at the very beginning of planning, was based on several considerations: that Forum was a landmark event as the first ever national conference on Canadian material history; that the conference papers should be available to the many interested persons not able to attend the conference; and that the papers would constitute an excellent reference on the state of the art of Canadian material history in 1979. It seemed only appropriate that the papers should be published as a special issue of the Material History Bulletin.

8 The papers as they appear here are substantially as their authors presented them at the conference. Editing has been done only to clarify syntax, correct errors of grammar or punctuation, or to ensure as far as possible that the papers conform to the same editorial style. Although there was some discussion from the floor at each session, this was not recorded and hence only the formal presentations have been published.

9 To all those who participated in Canada's Material History: A Forum I want to express my appreciation as well as that of the National Museum of Man; to them is owed the success of the conference. Many thanks go as well to Del Muise, to the History Division staff, and to the other staff members of the National Museum of Man and of the National Museums of Canada who assisted with the organization of Forum. With respect to the publication of the papers I want to express my appreciation to the editorial board and to Robert Watt, co-editor, of the Material History Bulletin for lending their support to this special issue. I owe particular thanks to Carol Thiessen and Claire St-Aubin for editorial assistance, to Marion Ritchie for design and layout work, to Thérèse Tremblay for typing, and to Tina Matiisen for bibliographical advice.

Barbara Riley
Assistant Chief (Curatorial)
History Division

INTRODUCTION

10 L'histoire de la culture matérielle en est à ses débuts comme domaine distinct de recherche au Canada. Jusqu'à très récemment, les témoignages matériels de l'histoire du Canada relevaient en grande partie du domaine des antiquaires, des généalogistes, des connaisseurs ou des collectionneurs dont les intérêts coïncidaient très rarement avec ceux des historiens. Les publications, reflétant ces préoccupations, présentaient la plupart des objets historiques comme des antiquités ou des pièces de collection. Il n'est pas surprenant que les activités des musées en matière de collection aient eu tendance à accentuer cet aspect.

11 L'année du centenaire de 1967 a fortement stimulé chez les gouvernements et le public le désir de découvrir, d'examiner, et de préserver le patrimoine du pays. Par conséquent, le nombre et l'importance des musées (particulièrement des musées historiques), des sociétés historiques, des associations de préservation et des lieux historiques ont augmenté rapidement au cours des quinze dernières années. On a assité pendant la même période à une professionnalisation des chercheurs et des conservateurs responsables des collections historiques. Depuis, au cours des dernières années, de nombreux historiens de formation universitaire ont été embauchés à des postes ayant trait aux expositions, que ce soit dans des musées ou des lieux historiques, et un effort croissant a été accompli au niveau de la recherche en histoire de la culture matérielle. Une nouvelle génération de conservateurs de musées et de spécialistes de la recherche sur les lieux historiques a été mise au défi de travailler avec un type de «document» inconnu jusqu'à maintenant — l'objet façonné — et à l'utiliser de façon aussi sélective (mais représentative) que les sources «conventionnelles».

12 L'un des problèmes communs à tous ceux qui utilisent les objets façonnés (que ce soient des maisons ou des épingles à chapeaux) pour analyser et interpréter l'histoire du Canada est l'absence de formation reconnue et de méthode systématique d'intégration de ce nouveau matériel dans l'ensemble des témoignages du passé. Les historiens euxmêmes ont été incapables d'indiquer une marche à suivre valable. Certains chercheurs se sont penchés sur d'autres disciplines telles que l'archéologie, l'histoire de l'art, la culture traditionnelle, ou la géographie culturelle — domaines où l'étude des objets façonnés fait partie de la méthode de travail — pour trouver de l'aide ou de l'inspiration. Un second problème a été de lutter pour libérer les objets historiques des concepts étroits des connaisseurs d'une part et, d'autre part, d'un attachement sentimental au temps des pionniers. Les historiens des musées ont dû également disputer la place occupée par des disciplines plus anciennes des musées, telles l'anthropologie, qui dispose de collections plus vastes et de cadres structurels établis. Cependant, peu à peu au cours de la dernière décennie, un nombre croissant de chercheurs des musées, des services de lieux historiques et d'autres organismes publics et privés ont commencé à constituer, au moyen d'une variété de méthodes et de projets, un domaine de recherche que l'on peut identifier comme l'histoire de la culture matérielle.

13 La Division de l'histoire du Musée national de l'Homme, créée à la suite du rapport Massey qui s'inscrit dans la vague culturelle d'avant 1967, a participé activement à l'expansion de l'histoire de la culture matérielle du Canada. Les conséquences de cette recherche se manifestent dans deux projets importants. «L'histoire du Canada en images», destinée aux élèves des écoles secondaires et des collèges, repose en grande partie sur les collections et la documentation des musées de tout le pays; la galerie permanente d'histoire du Canada, «Quelques arpents de neige», utilise beaucoup les résultats des travaux de recherche en histoire de la culture matérielle pour définir son approche thématique à l'histoire du Canada. En 1975, le Musée national de l'Homme a parrainé une modeste conférence de spécialistes des domaines des lieux historiques et de la conservation historique provenant des principaux établissements canadiens pour discuter de la recherche en histoire de la culture matérielle. Le Bulletin d'histoire de la culture matérielle du Musée national de l'Homme, fondé pour répondre à un besoin exprimé à cette réunion, est la première publication consacrée à l'étude de l'histoire de la culture matérielle du Canada. Deux ans plus tard, il a semblé approprié de tenir une conférence consacrée entièrement à l'histoire de la culture matérielle du Canada. Avec l'encouragement d'autres personnes du milieu des musées, particulièrement des membres du personnel et du conseil d'administration du Musée du Nouveau-Brunswick, un Colloque sur l'histoire de la culture matérielle du Canada eut lieu, du 1 e r au 3 mars 1979, à l'Édifice commémoratif Victoria à Ottawa.

14 Ce colloque fut organisé dans le but d'examiner les réalisations dans le domaine de la recherche en histoire de la culture matérielle du Canada et de suggérer des stratégies pour l'avenir. Le principal sujet de la conférence était la place occupée par l'histoire de la culture matérielle au sein de l'histoire générale; plus précisément, la relation entre l'histoire de la culture matérielle et l'histoire plus tradition-nelle, c'est-à-dire l'histoire sociale, économique et culturelle. Cette relation est importante, car, quoique les préoccupations de l'histoire de la culture matérielle rappellent et, dans certains cas, recoupent celles d'autres disciplines (archéologie historique et industrielle, arts décoratifs et traditionnels, anthropologie, histoire de l'art, architecture historique), c'est surtout en fonction de l'histoire qu'elle s'oriente et se définit. On a également reconnu que la recherche en histoire de la culture matérielle était effectuée par des personnes appartenant à diverses disciplines et à divers établissements et utilisant des méthodes différentes. Bien qu'il n'ait pas été possible, dans les limites du programme, d'inclure toutes les disciplines, toutes les méthodologies et tous les organismes pertinents, le colloque s'est voulu aussi représentatif que possible, même au point de vue régional. Nous avons également pensé qu'il convenait d'examiner la situation de l'histoire de la culture matérielle à l'étranger; on avait choisi la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis parce que ces pays présentent les liens les plus étroits avec la recherche canadienne.

15 Le colloque était divisé en cinq séances qui eurent lieu dans l'ordre suivant:

  • Histoire de la culture matérielle et histoire: situation actuelle et perspectives d'avenir;
  • Approches et réalisations en histoire de la culture matérielle: trois études de cas;
  • Les sources en histoire de la culture matérielle: exposé critique
  • L'histoire de la culture matérielle à l'étranger: progrès récents et orientations futures en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis;
  • Besoins actuels, perspectives d'avenir et application de la recherche en histoire de la culture matérielle.

On trouvera, à la fin de la présente publication, une liste des participants et des communications.

16 La décision de publier les exposés présentés au colloque, qu'on a prise au tout début de la planification du programme, se fondait sur plusieurs considérations: ce colloque est un événement marquant à titre de première conférence nationale sur l'histoire de la culture matérielle du Canada; les nombreuses personnes intéressées ne pouvant assister au colloque devraient pouvoir se procurer le texte des exposés; les exposés constitueraient une excellente source de référence sur l'état d'avancement de l'histoire de la culture matérielle du Canada en 1979. Il nous semble alors tout à fait à propos de publier ces textes dans un numéro spécial du Bulletin d'histoire de la culture matérielle.

17 Les exposés publiés dans ce numéro sont essen-tiellement tels que les auteurs les ont présentés au colloque. Le travail de préparation s'est borné à clarifier la syntaxe, à corriger les erreurs de grammaire ou de ponctuation, et à uniformiser le style dans la mesure du possible. Bien que chaque séance ait fait naître des discussions avec l'auditoire, celles-ci n'ont pas été enregistrées et, par conséquent, seuls les exposés proprement dits sont publiés.

18 Permettez-moi de remercier, au nom du Musée national de,l'Homme et en mon nom personnel, tous ceux qui ont participé au Colloque sur l'histoire de la culture matérielle du Canada et qui en ont fait un succès. Mes remerciements à Del Muise, au personnel de la Division de l'histoire, ainsi qu'aux autres employés du Musée national de l'Homme et des Musées nationaux du Canada ayant collaboré à l'organisation de ce colloque. En ce qui concerne la publication des exposés, je tiens à exprimer ma gratitude au comité de rédaction et à Robert Watt, co-rédacteur, du Bulletin d'histoire de la culture matérielle, pour leur participation au numéro spécial. Je désire remercier aussi Carol Thiessen et Claire St-Aubin pour la rédaction, Marion Ritchie pour la conception et la mise en pages, Thérèse Tremblay pour la dactylographie ainsi que Tina Matiisen pour ses conseils d'ordre bibliographique.

Barbara Riley
Chef adjoint (conservation)
Division de l'histoire