From the Social Gospel to "the Plain Bread of Leninism": A.E. Smith's Journey to the Left in the Epoch of Reaction After World War I

Tom Mitchell

Abstract


A.E. Smith was a central figure in the Communist Party from the mid-1920s until his death in 1947. An advocate of the radical Social Gospel until at least 1923, Smith's interchange with leading members of the Canadian Communist movement, the growing prestige of the Soviet State, and his disillusionment with the social democratic movement in Canada and abroad, combined during the post-war epoch of reaction to cause a shift in his perspective away from the optimistic verities of the Social Gospel to his apocalyptic vision of the Communist International. While he retained his basic epistemological perspective after 1923, Smith's estrangement from the non-Communist left led to his political isolation and, in early 1925, to his entry into the Communist Party.

Résumés

A.E. Smith était l'un des personnages centraux du Parti communiste et ce, du milieu des années vingt à son décès, en 1947. Ardent défenseur du Social Gospel dans sa version la plus radicale, du moins jusqu'en 1923, ses échanges avec les dirigeants du mouvement communiste au Canada, le prestige croissant de l'État soviétique et ses déceptions vis-à-vis du mouvement social-démocrate au Canada et à l'étranger ont concouru à l'amener, pendant la période d'après-guerre, à abandonner progressivement sa foi dans les vérités empreintes d'optimisme du Social Gospel et plutôt à endosser la vision apocalyptique de l'Internationale communiste. Bien que Smith ait conservé après 1923 une philosophie d'essence épistémologique, son éloignement par rapport à la gauche non communiste a contribué à son isolement politique et à son entrée dans le Parti communiste, au début de 1925.

Full Text:

PDF